Les Miller, une famille en herbe

Les Miller, une famille en herbe
2013
Rawson Marshall Thurber

L’année fut très riche en comédies fructueuses aux Etats-Unis, et si Les Flingueuses (The Heat) occupe la première place à domicile, Les Miller furent la comédie numéro 1 dans le monde cette année avec 270 M$ au total. Un joli succès surprise qui s’est fait sur la durée, preuve que si le public réclame des comédies, il n’est pas très regardant sur la qualité, même si on a déjà vu bien pire récolter bien plus.

Le principe du film est un peu tiré par les cheveux mais pas complètement improbable : petit dealer de quartier, David (Jason Sudeikis) s’est fait voler son stock d’herbe, et son patron mécontent (Ed Helms) l’oblige à aller chercher un peu d’herbe au Mexique en contrepartie. Mais un homme seul, ça attire l’attention. Pour brouiller les pistes, il va recruter son jeune voisin attardé (Will Poulter), une SDF (Emma Roberts) et une Strip-teaseuse (Jennifer Aniston) pour jouer sa femme et ses deux enfants. L’aller se passa sans problèmes, mais face à la quantité colossale de drogue, David resta perplexe, continuant malgré tout son périple. Ce qu’il ignorait, c’est qu’il venait tout juste de dérober le stock d’un dangereux mafieux : Pablo Chacon (Tomer Sisley).

Oubliez cette histoire de mafia et de drogue, elle n’est que prétexte au vrai fond du film et qui donne le grain à moudre pour blaguer : la fausse famille qui sert de couverture à cette acte de contrebande. Quatre personnalités très éloignées mais on le sent d’emblée : cette famille va peu à peu prendre forme. Une histoire donc convenue et au développement facile et peu inspiré. Pour ce qui est de la qualité de l’humour, c’est déjà plus réjouissant, même si on n’échappera pas à quelques bassesses. Le sexe tient une place importante dans l’histoire, et le strip-tease qui ne sert à rien passe sans heurt, de même que le coup du pictionnary, mais quand s’en vient l’échangisme ou carrément des images crues, la limite est franchie. De même, le running-gag du bébé est honteux, mais le reste se défend assez bien. Plus écrit que visuel, c’est rare, l’humour du film n’est pas très fin mais plus que d’habitude, et le rythme soutenu permet de mieux faire passer les lourdeurs. Au final on se marre pas mal et on passe un bon moment, mais ça n’est clairement pas la meilleure comédie de l’année.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.