Freddy – Les Griffes de la nuit

Freddy – Les Griffes de la nuit
2010
Samuel Bayer

Grand classique du cinéma horrifique, la première version de Wes Craven était sortie en 1985, et 15 ans plus tard le voici spolié de son œuvre dans ce remake après huit films et une série sur ce croquemitaine en puissance. En effet, les droits du film appartenant au studio et non à sa personne, il ne fut même pas consulté pour ce projet. Grossière erreur…

Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage de Freddy Krueger (Jackie Earle Haley), il s’agit d’un ancien jardinier pour qui les choses n’ont pas tourné comme prévu. Et dans une petite ville américaine, la rue de Elm Street trembla quand il revint dans les songes de leurs enfants. Tout commença par un garçon (Kellan Lutz) qui mit fin à ses jours devant les yeux affolés de sa petite amie, se tranchant la gorge avec un couteau, et ce après avoir parler de nombreux rêves démoniaques dans lesquels un monstre humanoïde à la main droite recouverte de lames menaçait de le tuer. Puis en l’espace de quelques jours, c’est une dizaine d’élèves, qui n’ont pourtant rien en commun à priori, qui se sont mit à faire les mêmes cauchemars, certains succombants des attaques de leurs rêves. Nancy (Rooney Mara), concernée par ces visions, craint pour sa vie et décide de mener l’enquête.

Quoi de plus frustrant qu’un mal contre lequel on ne peut lutter ? Non mais sérieux, un tueur qui sévit durant le sommeil, empêchant les cibles de dormir des jours entiers ? Voici sans doutes l’une des plus mauvaises idées de l’histoire du cinéma d’horreur : un mal qu’on ne peux combattre. Le film a t-il un quelconque intérêt si la mort de tous les personnages est la seule issue possible ? Pas sûr… Et pourtant, le film tente de créer un certain suspense autour de la possibilité des principaux concernés de craquer et de sombrer dans le sommeil mortel. En quoi quelque chose d’inévitable est un suspense ? Le film tente aussi de nous faire croire en une victoire aussi stupide qu’illogique, mais de toute façon le scénario est bancal de bout en bout. Même graphiquement les idées ne sont pas assez approfondies : l’univers cauchemardesque de Freddy n’est pas suffisamment violent ou terrifiant pour susciter le moindre frémissement, un comble pour un film d’épouvante. Rien à faire, ça ne prend pas.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.