Le Territoire des Loups

Le Territoire des Loups
2012
Joe Carnahan

N’attaquant presque jamais les humains, le loup reste malgré tout un animal sauvage dangereux et qui a fait l’objet de nombreux mythes sur son caractère démoniaque et sanguinaire. Le film retrace une aventures des plus périlleuses en compagnie de ce prédateur suprême, se déplaçant en meute, capable de suivre une proie sur des centaines de kilomètres, et ne craignant ni la neige ni le froid.

En pleine réinsertion professionnelle, un groupe de taulards américains était censé revenir d’une expédition en Alaska, mais leur vol ne se passa pas exactement très bien. Prit dans un terrible blizzard, les réacteurs de leur avion furent prit par la glace, multipliant les avaries moteur et amenant à un crash aussi inévitable que violent. Miraculeusement sorti indemne de l’accident grâce à son éjection chanceuse, Ottway (Liam Neeson), l’un des prisonnier de l’équipage, va prendre en main les quelques survivants. Sortir vivant des décombres de l’avion ne leur garanti pas de survivre pour autant : si secours il y a, être retrouvé au milieu d’un désert de neige en pleine tempête n’est pas évident. Plongés dans le froid cataclysmique des plaines hivernales canadiennes, ils devront en plus faire face à une meute de loups affamé.

Il y a deux types de films de survie : les hécatombes et les leçons d’humilités. Quand on parle expérience de survie dans le grand nord, difficile de ne pas penser à Jeremiah Johnson, référence en matière d’ermite prodigieux. Quand on pense à une grande traversée de contrées enneigées et diablement froides, certains penseront aux Chemins de la liberté, magnifique film d’aventure sur l’entraide et la détermination. Mais non, ici il n’y aura ni solidarité ni génie et le spectateur n’enviera jamais les aptitudes de survie des personnages. On assiste clairement à une boucherie méritée tant les réflexions sur la meilleure chose à faire sont déconcertantes. Heureusement, en plus de parcourir des territoires d’une rare pureté aux paysages laissant parfois songeur, le film repose sur un acteur d’exception : Liam Neeson. D’ailleurs, à part lui, on ne retrouvera que Dermot Mulroney de vite fait connu, et on ose imaginer à quoi aurait pu ressembler le film sans son héros tant il représente presque toute la force du film. Mais il ne saurait sauver seul ce film, plombé par un scénario trop faible qui ne s’accordera aucune folie et qui décevra de long en large, nous laissant avec une fin sacrément mauvaise.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.