The Amazing Spider-Man : le destin d’un Héros


The Amazing Spider-Man : le destin d’un Héros
2014
Marc Webb

Bien que d’une qualité plutôt pauvre, la trilogie Spider-Man avait connu les stratosphères du box-office, mais face à des négociations interminables et des coûts de productions intenables, Sony avait choisit l’option du reboot, balayant d’une main une immense réussite commerciale, et s’en doute s’en mord t-elle les doigts. Plus cher que ces prédécesseurs, The Amazing Spider-Man fut aussi le moins performant avec seulement 752 M$ dans le monde. Mais pour les spectateurs, la surprise fut très bonne puisque pour une fois l’homme araignée se montrait convaincant, voir très bon. Avec une réunion épique de trois super-méchants, des suites et des spin-off programmés à foison, l’ambition devient flagrante, mais pas forcément synonyme de qualité.

Suite à ses mésaventures avec le scientifique transformé en lézard géant, Peter Parker (Andrew Garfield) avait fait connaître à la ville entière le super-héros secourable qu’est Spider-Man, son identité secrète. Mais cela ne s’était pas fait sans heurt : le père de son amie Gwen Stacy (Emma Stone) avait trouvé la mort lors de l’incident, et Peter avait alors promis de rester à distance de sa fille. Un dilemme moral qui le ronge alors que la ville s’apprête à accueillir une effroyable menace : Max Dillon (Jamie Foxx). Mordu par des anguilles d’Oscorp – où Harry (Dane DeHaan) succède à son père -, il est désormais capable de modeler les ondes électriques pour en faire un terrible pouvoir de destruction.

Reposant sur un univers sensiblement plus sombre et réaliste que les précédents films sur ce super-héros, The Amazing Spider-Man avait été une très bonne approche pour reprendre les bases et en faire quelque chose de nouveau. Néanmoins, installer un univers prend du temps, créer un héros aussi. Ainsi, cette suite avait toutes les cartes en mains pour démarrer fort et continuer admirablement cette nouvelle aventure. Et effectivement, on plonge directement au cœur de l’action avec une course poursuite à la fois intense et amusante, l’opposant au Rhino (Paul Giamatti). Des débuts très prometteurs, mais la suite accumulera pas mal de déceptions, certaines de taille. La « création » d’Electro est un bel exemple de ratage, manquant cruellement de réalisme. Heureusement, son personnage est l’un des meilleurs vilains de la saga, nous offrant un affrontement final époustouflant jouant brillamment avec les effets lumineux de l’électricité. Seulement voilà, l’autre grand méchant du film, Le Bouffon Vert (Harry), est un échec complet. L’amitié entre Harry et Peter ne prend pas une seule seconde et son côté maléfique est tellement évident que s’en est inintéressant. Et comparé à son illustre prédécesseur, Dane DeHaan fait franchement pitié. Son combat inutile face à Spidey n’apportera qu’une déception de plus : le sort de Gwen. Certes Peter est censé finir ses jours avec Mary-Jane, mais on aurait pu espérer un peu de liberté face à l’histoire du comics tant Emma Stone était un rayon de soleil pour la saga. Un virage très mal négocié. Et que dire de l’histoire des parents de Peter ? Plein de mystères, on s’attendait à quelque chose d’énorme, pour au final n’avoir qu’une vidéo risible. Reste aussi le problème de l’originalité : entre les Osborn et l’alliance de Harry avec un vilain, les ressemblances avec Spider-Man 3 sont nombreuses et peu flatteuses. La fin en suspend avec le Rhino nous laisse elle aussi sur un bilan mitigé. Alors oui, l’action arrive plus rapidement, Electro est classe et son combat est énorme, mais le film est largement miné par des choix nuisibles et une inspiration qui montre ses premiers signes de faiblesse. On en viendrai même à douter Andrew Garfield qui nous ferait presque regretter mister yeux globuleux. N’est pas Avengers qui veut, et les Sinister Six semble un choix très risqué désormais, à moins que le prochain volet ne redresse sensiblement la barre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.