The Lunchbox

The Lunchbox
2013
Ritesh Batra

Amateurs de chiffres, vous l’aurez remarqué, le cinéma indien s’est offert une formidable percée ces dernières années, et il n’est plus rare de croiser dans le top 10 du box-office une production de Bollywood. Si bien sûr les grands films colorés pleins de chansons sont encore légion, une nouvelle forme de cinéma a depuis peu prit place, nous enchantant des coutumes locales dans un style plus sérieux et classique.

En plein boum dans le monde, le repas fait maison qu’on amène au travail dans une petite boîte appelée Lunchbox a aussi son équivalent indien : le Dabba. Un service de livraison spécialisé livre ainsi leurs repas aux travailleurs, généralement préparés par leurs dévouées femmes. Pour Saajan (Irrfan Khan), veuf à un petit mois de la retraite, ses plats sont le fruit d’une société tiers, du moins jusqu’à aujourd’hui. Petit miracle de sa journée, il découvrira un plat succulent, plus fin que tout ce qu’il n’avait jamais mangé. De son côté, Ila (Nimrat Kaur) est une femme délaissée par un mari trop absent. C’est alors qu’un beau jour elle récupéra sa Lunchbox intégralement vide, même léchée tant la personne s’est régalée, un fait jusqu’alors inédit. Très vite elle comprit que son nouveau service de livraison se trompait, mais trop heureuse de trouver un fin gourmet comblé par ses petits plats, elle décida de lui écrire. Va alors naître une correspondance culinaire.

Voilà une expression populaire qui trouve son parfait exemple : « l’amour du ventre ». Dans une société encore balbutiante, la place de la femme en Inde est principalement au foyer, et être une bonne ménagère est une qualité fondamentale. Alors quoi de plus gratifiant que la reconnaissance du ventre ? D’un ton très léger et chaleureux, le film transforme le banal repas de midi en un festin mémorable, plein de poésie et de suspense avec les petits mots que s’échangent ces deux âmes en peines, réunis fortuitement. On s’attache immédiatement aux deux personnages principaux, et même à l’apprenti, tête-à-claque finie mais qui s’avère avoir un bon fond. Le film s’attarde aussi pas mal sur le sens de la vie, la mort, le temps qui passe et comment on souhaite le passer. Une très belle histoire brillamment construite, certes un peu lente à se mettre en place, mais qui se laisse découvrir avec un certain émerveillement. En revanche, la fin est mauvaise, ne rendant pas justice aux protagonistes et clôturant l’histoire bizarrement. Une grande déception compte tenu de la qualité globale du film, qui reste malgré tout très beau.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.