Adieu Berthe ou l’enterrement de mémé

Adieu Berthe ou l’enterrement de mémé
2012
Bruno Podalydès

Faire des choix n’est pas le fort de Armand (Denis Podalydès), embourbé depuis déjà pas mal de temps dans un mariage dont les années l’ont rendu platonique malgré un amour persistant, et s’est alors trouvé une maîtresse plus démonstrative en la personne de Alix (Valérie Lemercier). Une vie qui l’ennui profondément mais dont il s’est accoutumé, jusqu’à ce que tout soit chamboulé par la mort de sa grand-mère Berthe. Disparue de sa vie depuis bien longtemps et abandonné dans sa maison de retraite depuis encore plus longtemps, il va néanmoins y voir une raison pour mettre de l’ordre dans sa vie. Ou pas.

La mort est assurément un bon élément comique, pour peu qu’on sache la traiter intelligemment, sans quoi le rire jaune et le mal-être pourraient s’installer. Heureusement, le film n’est pas une comédie. Le problème, c’est qu’il n’est pas non plus un drame tentant de faire de ce terrible incident une source de tristesse qui nous emporte. A mi-chemin entre les deux, le film ne semble pas oser faire pencher la balance, ou sans doute est-il trop faible sur le plan humoristique. Si deux trois scènes font doucement sourire, ça n’est clairement pas assez pour en faire un argument de vente. Mais alors où ranger ce film ? Facile : aux oubliettes. Si on retiendra une ambiance légère et romancée qui permet de lutter contre le sommeil, notamment grâce aux anecdotes tardives sur la magie dans la vie de la fameuse grand-mère, ça n’est pas cet énième film parisien sur un quinquagénaire hésitant entre sa femme et sa maîtresse qui nous marquera. Plombé par une absence totale d’enjeux, de trame de fond et de ligne directive, sans compter certaines prestations faiblardes, le film n’a pas grand chose pour lui.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.