Prêt à tout

Prêt à tout
2014
Nicolas Cuche

Après nous avoir fait marrer avec ses chansons très spéciales et un passage sur les planches réussi, la carrière de Max Boublil avait prit une tournure intéressante l’an dernier avec l’énorme succès des Gamins, un film excellent où, en plus d’avoir écrit le scénario, il tenait l’un des deux rôles principaux. Il était donc intéressant de voir ce qui allait en suivre, et ce projet avait largement de quoi enthousiasmer.

Ça n’est pas un secret, si l’argent ne rend pas heureux, il aide en revanche beaucoup. Pour Max (Max Boublil) qui a fait fortune avec ses potes grâce à un site de rencontre, la vie est effectivement très belle, coulant des jours heureux sur une île paradisiaque dans une débauche de luxe et de luxure que tout le monde envierait. Mais seulement voilà, un vide reste à combler côté cœur, ce dernier n’ayant jamais battu que pour Alice (Aïssa Maïga), une fille sur laquelle il fantasmait à la fac. Et voilà qu’après tant d’années, Max tomba sur un reportage sur une usine en dépôt de bilan, justement syndicalement représentée par Alice. Il décida alors de faire une folie : racheter l’usine pour sauver son emploi et l’aider. Mais étant une militante anti-patronat, il va se faire passer pour un simple ouvrier pour essayer de la conquérir.

Un film tout simplement brillant sur le papier : le riche samaritain jouant les patrons dévoués au nom de l’amour. Une idée tout simplement magnifique où le gentleman vient changer la vie de la paysanne de l’intérieur, s’immisçant étage par étage. Et le film a quelques grandes idées pour porter haut ce postulat de départ, comme toutes les négociations avec le président de l’usine (Patrick Timsit), et le sabotage des rendez-vous galant de la mère permet une contextualisation pertinente du fameux site de rencontre, même si scénaristiquement un gain au loto aurait été plus crédible. Et évidement, Max Boublil est un héros parfait qui donne au film une saveur si piquante, et il aide beaucoup à rendre empathique son amour pour Alice. Côté déception, et elles sont nombreuses, on pointera du doigt des potes inexistants, bloqués au niveau évolutif par leur île, une gestion d’entreprise mal gérée, rendant le scénario souvent boiteux, et on aurait aimer voir l’idée poussée bien plus loin. De plus, certains aspects de la fin déçoivent, de par manque de cohérence et facilité. Une belle romance malgré tout, assez drôle et à l’idée originale louable.

This entry was posted in Cinéma, Critiques. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *