Enemy

Enemy
2014
Denis Villeneuve

Fort de son succès critique et commercial avec Prisoners, le réalisateur québécois reste pourtant modeste en revenant avec un film confidentiel sorti dans peu de salles dans peu de pays, reprenant au passage son policier de son précédent film, et même doublement. En effet Jake Gyllenhaal incarne ici non pas une mais deux personnes. D’un côté il est Adam Bell, professeur d’histoire dans une université, menant une vie morose avec une copine (Mélanie Laurent) qui ne partage que furtivement sa vie. De l’autre, il est Anthony St. Claire, acteur raté adepte de pratiques satanistes impliquant même sa femme (Sarah Gadon), pourtant enceinte. Deux personnes complètement différentes sur le fond, mais leur ressemblance physique est troublante, inquiétante : une voix identique, des cicatrices conformes et les mêmes choix d’apparence (vestimentaire, capillaire et pileux). Le hasard des choses mettra Adam devant le fait accompli de ce clone.

Le cinéma d’auteur est toujours plus ou moins difficile à appréhender, mais il est vrai que si celui-ci a quelque chose de spécial, il n’y a au fond pas grand chose à creuser ou analyser. Le film n’est qu’un simple délire d’ambiance, cherchant inlassablement à perturber le spectateur par le biais de scènes dérangeantes et malsaines. Le style visuel est recherché, les acteurs plutôt bons, l’ambiance marche relativement bien, mais tout cela n’a aucun sens avec ce scénario vide, grotesque et fainéant. Beaucoup de pistes, très peu sont traitées, et celles qui le sont le sont de façon très superficielles. Et pile quand le film ose assumer son axe et que les choses prennent une tournure intéressante, le générique de fin se pointe après une scène invraisemblable et qui ne justifie en rien la fin du film. Il n’y a au final pas de véritable lien extraordinaire et l’univers dépeint reste un mystère total, alors même qu’il s’agissait du seul point réellement intéressant du film. Dommage, une idée qui en restera au stade de l’anecdotique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.