Touristes

Touristes
2012
Ben Wheatley

Les services psychiatriques britanniques n’ont visiblement pas fait leur travail. Sorti quelques mois avant celui-ci, le précédent film du réalisateur (Kill List) laissait clairement entendre un désordre mental et des pulsions malsaines. La vision cauchemardesque des satanistes aux masques de cochons forniquant des cadavres autour d’un feu en pleine forêt était un excellent motif d’internement, mais voilà ce qu’il ce passe quand on laisse un malade en liberté…

Moins psychédélique et plus orienté humour, ce film nous conte les vacances d’un « jeune » couple pas comme les autres. Tina est une vieille fille un peu déficiente mentalement, qui vit toujours chez sa trisomique de mère à plus de 30 ans, tandis que son amour, Chris, a presque dix ans de plus qu’elle, est salement dégarni et entretien plus que de raison son ventre. Ah, et une chose aussi : toute personne le faisant chier va « accidentellement » crever. Une situation que Tina va pourtant tolérer, et même encourager.

Tu jettes un papier par terre connard ? Prends-toi donc ma caravane dans la gueule ! Comment, ta caravane est meilleure ? Mais vient que je te pousse de la falaise ! Voilà donc le principe pour le moins atypique du film : un couple de serial-killer massacrant ceux qui ont le malheur de leur déplaire. Une purge chaotique qui devient de plus en plus gratuite à mesure que le film avance, sombrant intelligemment dans l’excès en rendant la surenchère vraiment drôle. Bien sûr, il faudra s’accrocher un moment vu la bizarrerie du film, mais le jeu en vaut la chandelle tant le tandem improbable nous fait vivre un voyage absurde et drôle jusqu’à la toute fin, encore plus surréaliste et folle que tout ce qui précède. Il y aura bien sûr des temps moins forts et quelques redondances, mais globalement la sauce fini par prendre et on s’amuse beaucoup de ce tourisme mortuaire.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.