Un Amour sans fin

Un Amour sans fin
2014
Shana Feste

Autre romance de la dernière Saint Valentin américaine, au même titre qu’Un amour d’hiver, cette réadaptation de Endless Love de Scott Pencer n’a pas non plus connu un beau succès, loin s’en faut, n’égalisant même pas le film original malgré les 33 ans d’inflation. Il faut dire que le public n’avait pas spécialement de raison de faire le déplacement : de la même manière que le livre était un classique du genre, le film possède donc une histoire pas forcément très originale. Un problème certes important, mais le film ne s’en sort pas si mal.

On dit souvent qu’assouvir son plus grand fantasme est source de beaucoup de déception. Pour David (Alex Pettyfer), l’expérience fut toute autre. Amoureux transit depuis trois ans de Jade (Gabriella Wilde), sa camarade de classe, il croyait avoir laissé passé sa chance en n’osant pas l’aborder avant la fin du lycée, mais le hasard des choses lui a donné une seconde chance. Une petite démonstration de force publique, une belle implication dans sa fête, des regards complices et c’est l’alchimie qui s’installe, transformant le rêve en réalité. Un amour pur et réciproque, mais leurs mondes sont très différents : lui a un père (Robert Patrick) garagiste très ouvert, tandis que celui de Jade (Bruce Greenwood) est très protecteur et ne voit en David qu’un voyou sans le moindre avenir.

Le film nous place dans un cadre très beau, à savoir des villas de luxe en Californie, sans compter la maison pas désagréable au bord du lac. La réalisation est chaleureuse, les couleurs lumineuses, les acteurs sont beaux, les décors exubérants, et on démarre dans un style insouciant et libérateur à la American Pie. On vie par procuration une idylle très charnelle, cohérente et naturelle malgré le jeune âge supposé des personnages (les acteurs ayant en réalité six ans de plus). Le résultat est touchant, poétique et force l’admiration face à tant de déterminisme, mais l’histoire a en effet ses limites. Le beau-père dictateur qui essaye de protéger excessivement sa petite princesse n’a rien de très nouveau, et on se doute qu’un certain nombre d’embûches se dissémineront sur leur chemin, rendant l’histoire prévisible et donc décevante puisque se confondant dans les sentiers battus. Tant pis, on en restera à une romance typique, mais on saluera l’effort de présentation et le talent des acteurs principaux.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.