Noé

Noé
2014
Darren Aronofsky

Choix pas vraiment surprenant vu certains aspects de son film The Fountain, Darren Aronofsky nous revient avec une adaptation titanesque de l’histoire biblique de l’arche de Noé, obtenant à l’occasion 125 M$. Une belle somme à relativiser néanmoins : la comédie-dramatique Evan tout-puissant, bel exemple de réappropriation réussie, traitant elle aussi du thème de l’arche, avait eu droit à significativement plus (175 M$). Mais cette fois-ci, le film se veut comme une « adaptation fidèle » de la bible.

Pour ceux, moi le premier, qui n’ont pas lu cette interminable suite d’instructions du bon menuisier qu’est ce passage de la bible, il s’agit d’un homme, Noé (Russell Crowe), petit fils de Mathusalem, descendant de Seth, fils de Adam et Eve, qui a un jour reçu un message de Dieu : le déluge du jugement dernier approche, et il doit créer une arche pour y regrouper deux membres, un mâle et une femelle, de chaque espèce animale. Jacques a dit, Noé fait. Mais dans le film, cette purification par les eaux est expliquée par l’avilissement des hommes descendants de Caïn, frère de Seth, et ces derniers sont prêt à tout pour entrer dans l’arche. Pour protéger sa famille (Jennifer Connelly, Emma Watson, Logan Lerman), il pourra compter sur les anges prisonniers des golems de pierre.

Ah quand même… Quand on voit un mélange de biche et belette, les premières questions se posent, mais avec l’arrivée des géants de roche, on sent que ça va partir en vrille, et ça ne rate pas. Les monstres fantastiques pullulent au milieu d’espèces qu’on s’étonne de voir déjà là (comme les ours même pas modifiés), et on se paye en plus une guerre hors de propos entre les humains voulant monter sur l’arche, et Noé, à la fraîche avec ses copines montagneuses. La montée des eaux est évidemment passablement ratée, nous faisant presque regretter 2012, et on hésite à rire avec les animaux qui dorment des mois sans dépérir et la famille de Noé, vivant tranquille sur ses réserves (ce qui comporterai des tonnes de nourriture et 1 L d’eau par personne et par jour pour grosso modo 10 mois, soit 2100 L d’eau douce sans compter les animaux, hibernation ou pas). En revanche, les chrétiens ont dû moins rire en voyant la fin à ce point bafouée, car rappelons-le, Noé a tué tous les animaux à la sortie de l’arche. Oui, oui, il a fait ça dans le texte sacré. La fin n’est pas ici tellement mieux, car choisir de vivre implique de repartir en fondant tout sur une future consanguinité répugnante. Enfin bon, à l’origine l’humanité vient d’Adam et Eve, qui pourtant n’ont engendré que des fils, dont l’un d’eux a commit un fratricide. Une histoire grotesque donc, mais d’un point de vu cinématographique le film est mauvais aussi, pas de soucis. Malgré quelques tentatives visuelles, le film n’est clairement pas un divertissement grand spectacle, et pour les défenseurs du réalisateur, on ne peut même pas dire que la vision qu’il a tenté d’instaurée a du bon. Pire encore, les acteurs sont franchement mauvais et le rythme frôle l’insupportable. Avec d’aussi gros moyens et un casting aussi prestigieux (citons en plus Anthony Hopkins), on ne peut pas se planter totalement, mais difficile d’imaginer un cas de figure encore moins avantageux.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Noé

  1. Julien dit :

    Ok, le film est raté, mais je ne vois pas pourquoi ça t’étonne de voir des ours, et je ne comprend pas ce qu’est un ours « même pas modifié ».
    Ensuite, je ne vois pas ce qui te fait dire que Noé tue tous les animaux… c’est débile…
    Et pour le coup, la consanguinité n’était pas censée poser de problème, puisque les humains de l’époque étaient de proches descendants d’Adam et Ève et étaient alors « purs » et ne pouvaient pas transmettre de gènes défectueux.

  2. Antoine dit :

    Comme ce sont à peu près les seuls dans leur état actuel, les ours m’ont choqué par comparaison. Pour ce qui est du sacrifice rituel (mise à mort de chaque animal) à la sortie de l’arche, c’est tout simplement ce qui est écrit dans la bible, il n’y a là aucune interprétation. Par contre le coup des êtres purs je savais pas, ça change pas mal de choses donc.

  3. Julien dit :

    Pour les sacrifices, je ne sais pas quelle version de la Bible tu as, mais dans la première que j’ai trouvé sur Internet, je lis ça :

    Et Noé sortit, avec ses fils, sa femme, et les femmes de ses fils.
    Tous les animaux, tous les reptiles, tous les oiseaux, tout ce qui se meut sur la terre, selon leurs espèces, sortirent de l’arche.
    Noé bâtit un autel à l’Éternel; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des holocaustes sur l’autel.
    L’Éternel sentit une odeur agréable, et l’Éternel dit en son coeur: Je ne maudirai plus la terre, à cause de l’homme, parce que les pensées du coeur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait.

    Bref, Noé offrit DES HOLOCAUSTES, mais :
    1. Rien ne dit combien
    2. Rien ne dit qu’il s’agissait d’animaux présents dans l’arche
    3. Rien ne dit quand il l’a fait (on sait quand même qu’il a prit le temps de construire un autel, ce qui a bien dû prendre quelques semaines).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.