Hypnose

Hypnose
2000
David Koepp

Comme tout bon circonspect de la vie que vous êtes, vous avez sans doute plusieurs fois au cour de votre existence gloussé intérieurement en assistant à l’une de ces ridicules démonstrations d’hypnose qui pue l’arnaque et le publique soudoyé. Vous le savez au fond de vous : les pouvoirs paranormaux ça n’existe pas, pas plus que les fantômes, preuve de la grande crédibilité de certaines personnes qu’on envie pour leur vision optimiste.

Lui aussi moqueur par rapport à tout ça, Tom (Kevin Bacon) va faire une expérience des plus étranges lors d’une soirée sur ce thème. Après avoir eu de terribles visions pendant la nuit, il va se rendre compte qu’il voit désormais des apparitions d’un autre monde. L’une d’elle se fait très présente : Samantha (Jennifer Morrison). D’abord dubitatif et persuadé de sa folie, tout va prendre sens lorsqu’il fera appel à la sœur de Samantha (Liza Weil) pour surveiller son fils, lui aussi victime de ces visions, qui lui apprendra la disparition de cette dernière.

Le film est un véritable paradoxe. Malgré une sortie d’importance, un acteur principal d’envergure et un budget correct, le film a une apparence de série B. Même les films d’horreur récents au budget largement moindre arrivent à proposer une réalisation de standard classique, alors que celui-ci possède un aspect incroyablement kitsch. Les effets spéciaux ne sont pas géniaux et la mise en scène laisse à désirer. Pourtant, malgré l’aspect relativement conventionnel de son histoire, le film fait preuve d’un travail particulièrement méticuleux au niveau de son histoire, chaque détail ayant un sens, une importance, rien n’est laissé au hasard. Un soin très rare pour une production de seconde main, bien qu’on en prend conscience que tardivement. Pas spécialement original ni très recherché, pas effrayant pour un sou, le film est néanmoins cohérent dans ce qu’il propose, et il le fait assez bien dans le fond. Pourquoi pas, mais mieux vaut tout de même avoir un intérêt particulier pour le sujet.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.