Kidon

Kidon
2014
Emmanuel Naccache

En dehors de Largo Winch, la carrière de Tomer Sisley est bien morne. Nouveau coup dur avec cette production israélienne qui, malgré la notoriété croissante de la part de Kev Adams occupant un rôle secondaire clef, n’a presque pas obtenu de diffusion, et encore moins de campagne marketing. Sans doute un éclair de lucidité tant le résultat est laborieux.

Inspiré d’une histoire vraie sur des agents du Mossad (services secrets israéliens) identifiés à Dubaï lors d’un assassinat, le film détourne quelque peu les faits. Ici, ils s’agit carrément de quatre agents du Kidon, unité ultra secrète embarquée dans une mission connue d’un seul homme : le numéro deux du Mossad, le vice-capitaine. Mais quand les visages des quatre agents vont fuiter sur les médias, un énorme couac administratif va semer la confusion alors même que des informations confidentiels sont sur le point d’être échangées.

Quand on veut se la jouer gros film d’espionnage aux intérêts colossaux, il faut en avoir les moyens. Avec son budget ridicule de 4 M€, le film n’a malheureusement pas pu faire grand chose. Quelques beaux décors, mais la réalisation est maladroite, probablement plombée par des caméras de piètre qualité, mais plus grave encore, le film ne compte qu’une seule scène d’action : un combat mou et horriblement voir pas du tout chorégraphié. Les acteurs sont mauvais, la construction du film brouillonne, et il y a surtout un manque de rythme quasi rédhibitoire. Le film n’en est pas pour autant inintéressant : son histoire est une sorte de puzzle gigantesque aux rebondissements innombrables, peut être trop d’ailleurs, mais ça a au moins le mérite d’être soigné, cohérent et ambitieux. Énorme potentiel scénaristique, mais l’amateurisme de la réalisation et le cadre indigeste réduisent quasiment tous les efforts à néant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.