Hunger Games – La Révolte : Partie 1

Hunger Games – La Révolte : Partie 1
2014
Francis Lawrence

Malgré le plagiat total et non assumé du premier film, la saga a ensuite réussi à prouver sa valeur intrinsèque avec un second opus plus ambitieux, original et abouti. Phénomène monstrueux aux Etats-Unis où les deux premiers films avaient chacun dépassé la barre des 400 M$ (un exploit d’autant plus grand sans 3D), la suite avait enfin réussi à concrétiser cette excitation à l’étranger, dépassant même les recettes américaines. Comme cela est devenu une habitude, le dernier tome littéraire est scindé en deux, et voici donc la première partie d’une révolte qui grondait depuis le tout début.

Gros mystère resté en suspend, l’intrigue démarre ici au cœur du supposément détruit district 13, finalement rebâtit sous terre. La révolution est en marche, le peuple est prêt à prendre les armes pour les retourner contre le Capitole et le président Snow (Donald Sutherland), mais la rébellion a besoin d’une figure, un emblème derrière qui se rallier : Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence), le geai moqueur. Seulement le Capitole a lui aussi une arme terrible entre ses mains : le captif Peeta Mellark (Josh Hutcherson), militant pour la paix.

Entre Harry Potter qui nous avait ébloui par son double final d’exception et Twilight, certes moins intéressant en première partie mais très bien structuré, j’étais de ceux qui accueillent avec enthousiasme les césures en ce qui concerne les derniers tomes des adaptations littéraires. Malheureusement, le constat est loin d’être aussi définitif ici. Après un début très long, dégoulinant de clichés et de pleurnicheries, on attend la révolution, en vain. Pour ainsi dire aucune vraie scène de révolte en dehors de deux scénettes de district, le film est plus une joute politique, uniquement accès sur la propagande. Ça aurait pu être très intéressant, mais avec une psychologie aussi faible, on s’ennui. Tout est d’une évidence maladive, et pas l’ombre d’une scène d’action pour rattraper le coup. Evidemment, le film est bien réalisé, relativement dynamique et le casting en impose (Liam HemsworthWoody HarrelsonElizabeth BanksStanley TucciJena Malone, Natalie DormerPhilip Seymour Hoffman et Julianne Moore), mais il n’empêche que l’histoire ne passionne pas énormément, que nombre de scènes sont inutiles, et qu’il semblerait que presque tout ait été gardé pour l’ultime volet. Une rallonge artificielle qui laisse sur sa faim.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *