La voie de l’ennemi

La Voie de l’ennemi
2014
Rachid Bouchareb

On peut vraiment se demander où va l’argent publique quand on voit une telle hérésie. D’un budget forcément conséquent vu le duo sur l’affiche, le film est une production algérienne – chose étonnante de rareté, mais logique vu l’histoire – au casting et aux décors américains, mais il n’est sorti qu’exclusivement en France, tout ça pour pour même pas quarante-mille entrées. Une seule question se pose alors : qui a payé pour ce film si ennuyeux ?

Peut-on croire en la réinsertion criminelle ? Condamné à 21 ans de prison pour le meurtre de l’adjoint du shérif (Harvey Keitel), William Garnett (Forest Whitaker) s’est vu offrir la possibilité de sortir de prison après avoir purgé 18 ans, faisant les trois années restante en résidence surveillée. Une nouvelle géniale pour lui, qui a trouvé la paix grâce à Allah, et qui est désormais prêt à recommencer une vie normale, laissant derrière lui son passé de truand dealeur de drogue. Mais seulement ni le shérif ni ses anciennes fréquentations ne seront d’accord avec ça.

Un criminel multi-récidiviste, personne ne croit en sa rédemption, ou du moins ne veut y croire. 18 ans que le shérif rumine le meurtre de son adjoint, et voir son assassin essayer de se poser en modèle de vertu, c’est au dessus de ses forces. Un scénario cousu de fils blancs entre des anciennes fréquentations qu’on s’imagine bien revenir, et un shérif qui va évidemment tout faire pour le faire replonger. Et forcément, quand on pousse quelqu’un jusqu’au bout, il craque inévitablement. La seule question était de savoir si il allait replonger en prison, si il allait se faire butter ou si il allait butter quelqu’un. Sa quête de rédemption est donc un peu vide de sens, et de toute façon elle ne passionne pas. Le début manque cruellement de rythme, d’enjeux, et la suite ne les développera que trop peu. Niveau casting Forest est un peu tout seul, et il n’a pas un rôle ne serait-ce qu’avoisinant le degré d’intérêt du Dernier roi d’Ecosse. On s’ennui presque tout le temps, que ce soit parce que le film est trop mou ou trop banal. Donc oui en fait, c’est normal que quasiment personne n’ait voulu le diffuser.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.