The Salvation

The Salvation
2014
Kristian Levring

Y’a des jours qui ont l’air de bien commencer, alors qu’en fait pas du tout. Ex militaire danois ayant fuit son pays avec son frère, John (Mads Mikkelsen) s’était installé depuis quelques temps aux Etats-Unis dans une ferme, et il avait désormais réuni assez d’argent pour faire venir sa femme et son fils. Un rêve devenu réalité, et ils étaient enfin réunis. Seulement voilà, deux malfrats trouvant sa femme très appétissante et c’est le drame : ils l’éjecte de la diligence, tuent son fils, violent sa femme et la laissent pour morte. Justice a été rendue de sa propre main, et il pensait sa vie finie, mais ce qu’il ne savait pas, c’est que l’un des deux malfrats était le frère du caïd de la ville : Delarue (Jeffrey Dean Morgan), bien décidé à traquer et tuer celui qui a fait ça.

Du western au sens le plus classique du terme. Une ville au beau milieu du désert comme on en a vu des dizaines, un pauvre gars qu’on oblige à prendre les armes, des ripoux de partout, et un gros badass qui fait vivre un enfer aux gens du coin. Seul l’esthétique est remit au goût du jour (et encore, les mouvements de caméra font d’époque), l’histoire étant sinon un exemple type du genre. Les personnages, certes bien campés, sont eux aussi des archétypes, surtout Eva Green en diva revancharde. Notons au passage le générique qui sent fort la localisation, faisant apparaître le nom de Eric Cantona en second alors que son rôle tient plus de la figuration. Un film comme on en a déjà vu des dizaines de fois, alors à quoi bon ? La réalisation soignée, le casting ? Pourquoi pas en effet, ça n’est pas parce que le film est dénué d’originalité qu’il n’en reste pas bon. Les néophytes seront mieux à même d’en déceler tout le potentiel, et les fans du genre seront ravis, mais un peu de prise de risque n’aurait pas fait de mal.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.