Avant d’aller dormir

Avant d’aller dormir
2014
Rowan Joffe

Il y a des choses qu’on tient pour acquises et qui pourtant pourraient nous faire défaut et nous faire perdre tout ce que l’on est : nos souvenirs. Bien sûr, il y a le spectre de la sénilité qui rôde passé un certain âge, et même une possibilité d’Alzheimer, amenant cette lassitude qui nous permet de partir l’esprit plus léger. Mais quand la perte de l’essence de notre être survient de bonne heure, le désespoir n’en est que plus grand.

Chaque matin au réveil, la jeune et ravissante étudiante Christine (Nicole Kidman) de 26 ans avec toute la vie devant elle se retrouve dans un corps de quadragénaire, aux côtés de Ben (Colin Firth) son mari, sans même savoir qui il est. Et tous les jours il doit lui expliquer que suite à un accident, elle perd tous les souvenirs emmagasinés au cours de la journée pendant la nuit. Une situation très difficile à vivre, d’autant que plongée dans une solitude totale, mais le docteur Nash (Mark Strong) va tenter de l’aider face à son handicap, car pour lui la surprotection de son mari n’est pas la bonne solution, quitte à outrepasser les règles et suivre cette thérapie sans son aval.

Que ça fait du bien un scénariste qui fiat son boulot ! Certes, tout est tiré d’un roman, mais ça ne change rien au fait que l’histoire est un modèle de construction, un puzzle complexe et captivant. Tout comme l’héroïne, on découvre les coulisses de sa vie au fur et à mesure, ouvrant nombre de voies, nous emmenant constamment sur de fausses pistes pour mieux nous embrouiller et nous empêcher de voir le fond du problème, ce qui saute le plus aux yeux. Comme quoi décidément rien n’est acquis, et il faut toujours tout remettre en cause. Le casting y est excellent à plus d’un titre, jouant là aussi avec le spectateur pour mieux le berner. Même si l’histoire en elle même n’est pas follement originale, la structure de son récit l’est déjà beaucoup plus, et le ménagement du suspens est brillant. La conclusion n’est pas aussi convaincante que le chemin qui nous y amène, mais on tient là un thriller de grande qualité, notamment au niveau psychologique avec un sacré twist à l’arrivée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.