Un Incroyable talent

Un Incroyable talent
2013
David Frankel

Diantre ce fut laborieux… Alors que le film a eu un succès convenable lors de sa sortie en octobre 2013, ayant dépassé les dix millions de dollars mondiaux sur son année d’exploitation (le temps de sortir sur ses différents territoires), il n’a débarqué qu’en juillet dernier en France, avec pratiquement deux ans de retard. Pourtant, les critiques étaient bonnes et l’histoire du film est basé sur une histoire vraie : celle du gagnant d’Un incroyable talent version britannique (Britain’s Got Talents), édition 2007. Mais bon, mieux vaut tard que jamais.

Avant de connaître la gloire avec ladite émission télévisuelle ou même de rencontrer l’amour de sa vie (Alexandra Roach), la vie de Paul Potts (James Corden) fut tout sauf facile. Né dans une famille d’ouvrier, sa passion pour l’opéra fut brimée dès sa plus tendre enfance par son père, et entre le chant et son physique de porcin, sa scolarité ne se passa pas non plus très bien. Mais arrivé à l’âge adulte, les choses n’allaient pas tellement mieux, et son chemin vers la gloire sera marqué par la plus mauvaise étoile au monde.

S’il y a bien une chose qui est étrangère au petit peuple, c’est bien l’opéra. Pourtant, quand on entend une voix exceptionnelle, on la reconnait, et quelle puissance. Ça n’est pas toujours si impressionnant, et une fois arrivé au fameux moment de l’émission l’effet de surprise est passé depuis longtemps pour le spectateur, même s’il s’agit de sa plus belle performance, mais le talent est indéniablement là. Avec de bon interprètes on s’attache rapidement aux personnages, et connaissant la destination on est curieux d’en connaître le chemin, se demandant comment un tel don a pu rester tapi dans l’ombre si longtemps. Tantôt drôle tantôt tragique, l’histoire ne laisse pas indifférent, et on apprécie le voyage, enchanteur et dépaysant entre les endroits visités, la qualité de la réalisation et l’ambiance sonore. Une petite distraction mignonnette bien agréable.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.