Blue Ruin

Blue Ruin
2014
Jeremy Saulnier

Une avalanche de nominations, une présence dans quasiment tous les festivals du monde, un prix à Cannes et des critiques très bonnes, surtout pour la presse. Pourtant, avec moins d’un million de dollars récolté sur le globe, le film s’est méchamment planté et n’a pas été capable de dépasser le cercle du cinéma indépendant. Une évidence vu le résultat, le film n’étant clairement pas en mesure de convaincre ni le cinéphile exigeant ni le spectateur lambda.

On a beau essayer de tourner la page, on ne s’en remet jamais complètement de la perte d’un proche. Malgré les dix années qui se sont écoulées, Dwight (Macon Blair) n’a rien oublié, et à l’annonce de la libération du meurtrier de ses parents, il se jeta sur lui et le tua sans sommation. Pourtant, rien ne se passa : pas de police ni de communiqué dans les journaux. Visiblement, la famille du tueur cherche elle aussi à se venger et ne compte pas sur les forces de l’ordre pour que justice soit rendue.

Après le cycle de la vie, voici le cycle de la mort. L’homme tue les parents, le fils tue l’homme, le frère veut tuer le fils mais le fils tue le frère, du coup machine veut tuer machin et truc veut tuer muche alors du coup bidule se fait descendre. Un revenge movie tout ce qu’il y a de plus classique et de plus américain avec des histoires de famille, de justice rendue soi-même, le tout dans un océan de connerie. Tout est laissé au hasard, vécu dans l’instant présent, sans l’ombre d’un plan ou d’un brin de jugeote. Bon, il y a bien la maison de la sœur au début, mais par je ne sais quel esprit de réalisme, le pseudo plan échafaudé est totalement foireux. Les réactions n’ont aucun sens, et l’histoire évolue sans surprise. Le semblant de suspens est assez bien géré, mais l’histoire ne suit pas. De même, aussi bon que soit le l’interprète du héros, ses réaction sont si mauvaises et débiles qu’il en perd son charisme. Sans doute l’effet d’amateurisme était l’objectif fixé, et c’est très réussi, mais ça ne suffit pas pour en faire un film réaliste, et encore moins un bon film.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.