L’Autre

L’Autre
1972
Robert Mulligan

Avec la récente invention du plastique et ses dérivés comme le latex, les progrès au niveau maquillages et accessoires sont colossaux, sans compter les effets spéciaux qui permettent de créer de terrifiantes créatures de toutes pièces. On en a pas forcément conscience étant donné les faibles moyens mis en place, mais le cinéma horrifique a énormément évolué au cours des dernières décennies, et voici le genre de piqûre de rappel qui fait mal.

Dans un petit coin de campagne de l’Amérique profonde, style La petite maison dans la prairie, il y fait bon vivre : il fait chaud, le ciel est bleu, les oiseaux chantent, les mioches courent de partout, les mères se morfondent à la maison, leurs maris font semblant de travailler, et les vieux contemplent l’aube de leurs derniers jours, amorphes dans leur rocking-chair. Seul hic : Niles et Holland, deux jumeau infernaux aux jeux macabres.

Au bout de cinq minutes de film, le seul pseudo élément scénaristique du film s’effondre. Seul un demeuré complet ne se rendrait pas compte de quelque chose qui crève à ce point les yeux. On ne voit strictement jamais les deux jumeaux ensemble, aucun autre personnage n’a d’interactions avec Holland, ni physique ni verbale, et quand il est évoqué on parle de lui au passé. Et pourtant, il faudra attendre plus de la moitié du film pour avoir droit à la « révélation » de sa mort, nous expliquant ainsi que Niles est manifestement un dangereux schizophrène, traumatisé par la mort de son jumeau, connard fini qui a tué le chat et son grand-père, et le voilà reprenant le flambeau. Niveau horreur, mise à part un personnage hideux sorti d’un cirque et d’un bébé mort, absolument rien à se mettre sous la dent, et même là on ne trésaille pas. C’est long, ennuyeux, pas effrayant pour un sou, et le personnage principal est un sale mioche insupportable, stupide en maudit, braillard, hyperactif et doté d’une voix de crécelle. Des acteurs atroces, un scénario plat, une mise en scène fade, une image inadaptée au genre (beaucoup trop chaleureuse). Rien à garder, même au second degré.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.