Demain dès l’aube…

Demain dès l’aube…
2009
Denis Dercourt

Peu probable que vous ayez entendu parler du film tant il n’a pas dépassé les murs de Paris. Et pour cause, il ne s’adresse pas à grand monde et sur-intellectualise un thème basique à souhait, faussement revendiqué comme original alors qu’au fond il traite des sectes comme n’importe quel autre. Pire, il nous ressort des histoires de famille vieilles comme le monde, et ses personnages sont des clichés ambulants.

Ainsi, on suit Paul (Vincent Perez), pianiste dépressif qui vient tout juste de quitter sa femme (Anne Marivin), trouvant refuge chez sa mère malade, qui abrite déjà son autre fils Mathieu (Jérémie Renier), manutentionnaire sans le sou qui trouve son bonheur dans un groupe d’adorateurs de Napoléon. Un club très spécial auquel Paul va être initié, chose qu’il va très vite regretter en voyant la folie extrême de ses membres.

Ah la vache comme on se fait chier ! Un divorce de dépressifs parisiens ultra bobos, une histoire de mère malade, un frère boulet, des gens dangereusement nostalgiques et qui prennent ça bien trop au sérieux : les trois premiers quart d’heure du film semblent totalement dépourvus de tout élément scénaristique valable. Bref, dans toute la première partie on ne fait que suivre le quotidien banal et vaguement excentrique d’un type laxatif. Pourtant, au cours d’un dîné du groupe, on sera piqué au vif, nous faisant enfin entrer dans la folie la plus noire de ces hommes et femmes, et au moins le film ira au bout de son idée. Les fous de reconstitutions historiques sont surtout réputés aux Etats-Unis, donc le principe d’en parler en France était une relativement bonne chose, mais entre un rythme atroce, des acteurs pas terribles et des personnages creux, cette ébauche n’en resort pas très concluante.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.