Belles familles

Belles familles
2015
Jean-Paul Rappeneau

La retraite c’est pour les faibles. À 83 ans, Jean-Paul Rappeneau sortait un nouveau film après 12 ans d’absence, alors même qu’il était parti au sommet de sa gloire, ayant glané une nomination du César du meilleur film pour sa dernière oeuvre. Pour son grand (et dernier ?) retour, il s’est entouré de certains des plus grands talents trans-générationnels pour une comédie grinçante sur la famille.

Le chat parti, les souris dansent. Parti faire sa vie en Chine, Jérôme Varenne (Mathieu Amalric) ne pouvait pas prévoir que tout allait à ce point partir en vrille pendant son absence. De retour en Europe pour affaires, faisant un crochet chez sa famille (Nicole Garcia, sa mère, et Guillaume de Tonquédec, son frère), qui lui reproche de ne pas avoir assisté à l’enterrement de son père, il va apprendre que la succession est assez chaotique. La maison dans laquelle il a grandit n’a pas encore été vendue à son ami Grégoire (Gilles Lellouche) contrairement à ce qui était prévu, la faute au maire (André Dussollier) qui fait barrage pour s’approprier la maison et y construire des logements sociaux. Souhaitant faire bouger les choses, Jérôme va se rendre sur place, rouvrant de vieilles blessures passées et se confrontant à Louise (Marine Vacth), la fille de l’amante (Karin Viard) de son père, laissée pour compte après la mort de ce dernier et qui le reproche à Jérôme.

Voilà typiquement le genre de film français qui se perd dans un panel de personnage trop étoffé et qui multiplie les sous-intrigue en se compliquant bien trop la tâche, pour au final ne faire que dans la banalité et les bons gros clichés des familles. D’un certain point de vu, c’est exactement le problème du film, ressortant des situations biens trop connues et classiques, avec des rebondissements prévisibles et des personnages stéréotypés, et en plus la direction d’acteurs laisse à désirer tant les performances ne font pas honneur aux interprètes. Pourtant, le film est plutôt pas mal, car même si tout est prévisible et pas très neuf, la gestion des personnages et des intrigues marche très bien, c’est drôle, très bien écrit et on a l’impression d’assister à une de ces vieilles pièces de théâtre un peu “too much” mais pleine de charme. Il ne faut pas s’attendre à une comédie de génie, mais c’est un divertissement retro intéressant.

This entry was posted in Cinéma, Critiques. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *