The Revenge

The Revenge
2016
Chuck Russell

Comme toutes les plus grandes stars masculines des années 80-90, il semblerait que John Travolta soit lui aussi voué à enchaîner dans l’indifférence la plus générale les films d’action direct-to-DVD, rejoignant ainsi son collègue désabusé de Volte-Face. Si le genre a très mauvaise réputation, et ce à juste titre, il peut arriver que de temps à autre la cuvée soit honorable, voir sympathique, et c’est le cas ici.

En politique, il faut faire très attention à ce que l’on fait. Si vous faîtes chier la mauvaise personne, que vous osez contrecarrer ses plans, alors vous risquez très certainement d’être retrouvé noyé dans 10 cm d’eau avec des traces de menottes, ou comme ici froidement assassiné par un commanditaire pour cause de rapport empêchant une construction. Un acte qu’ils pensaient sans suite, mais son mari (John Travolta), ex tueur à gage, ne compte pas en rester là : justice sera rendue.

En dehors de ce qu’il va advenir des personnages, le scénario n’est assurément pas le point fort du film tant dès la première scène on sait exactement ce qu’il en est. Point de mystère sur le commanditaire ou ses raisons, seuls les intermédiaires sont à déterminer, mais c’est au niveau de la forme et du contenu que le film se démarque. Point de justicier solitaire cette fois, le héros fait équipe avec un vieux collègue, et leur duo est aussi violent que drôle. Des petites piques, des remarques complètement hors de propos au milieu d’une fusillade, et puis aussi cette violence, plus brutale que sanguinolente, et sans parler d’originalité folle, le film marche très bien. Bien sûr, à moult reprises nos héros auraient dû y passer s’il n’étaient pas si bavards en face, mais c’est du bon divertissement.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *