L’heure zéro

L’heure zéro
2007
Pascal Thomas

Il faut parfois laisser sa chance à un film, même s’il a l’air de ne pas le mériter. Le début semblait sonner le glas avec ses airs de téléfilm bâclé où la direction d’acteurs est si atroce que même des professionnels reconnus se plantent dans les grandes largeurs, comme Danielle Darrieux, Chiara Mastroianni, Melvil Poupaud, François Morel ou Laura Smet, mais il ne faut pas oublier une chose : il s’agit d’une adaptation d’un roman d’Agatha Christie, gage de qualité.

Dans une famille pour le moins fortunée, une tante va inviter son neveux, sa femme, son ex-femme et son frère à passer les vacances d’été dans sa grande demeure en Bretagne (ou Normandie, enfin sur la côte atlantique quoi). Une réunion qui s’annonçait tendue entre les problèmes du couple et la tentation de l’ex-femme, restée depuis en contact avec la famille, mais la situation va paraître bien insignifiante face aux disparitions suspectes qui vont survenir. Plus grave encore, le coupable semble être l’un des pensionnaires de la maison.

On installe le cadre, les personnage, puis on lâche la tragédie, laissant place à une enquête comme on les aime. Néanmoins, il faut bien du courage pour attendre l’arrivée de l’intrigue tant les acteurs sont tous sans exception exécrables, certains donnant une toute nouvelle définition au mot. Heureusement, l’histoire vient rattraper le tout, disséminant ses indices et nous préparant une belle investigation tortueuse qui prouve un haut degré de recherche. Dès que l’inspecteur arrive, l’intérêt est présent et on suit assidûment le déroulé de l’histoire et la conclusion ne déçoit pas. Le démarrage est des plus poussifs et tout semble nous indiquer un téléfilm bas de gamme fait à l’arrache, alors même qu’il fut bien présent en salles, mais l’histoire reste solide, offrant un sympathique film à suspens.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.