Les Tuche 2 – Le rêve américain

Les Tuche 2 – Le rêve américain
2016
Olivier Baroux

On a beau dire des américains, mais en France, dès qu’un film connaît un minimum de succès, on en fait une suite. Avec 1,5 millions de spectateurs, Les Tuche fut pas mal rentable, mais il aura fallut attendre cinq ans pour voir la suite débarquer. Plus personne ne l’attendait, la campagne publicitaire fut relativement discrète, mais en l’absence de comédie populaire depuis des semaines et avec les vacances de février, le film est actuellement le plus gros succès de l’année avec un score astronomique et surréaliste de 4,6 millions d’entrées. Il faut dire que le premier partait d’une bonne idée mais n’a pas tenu la longueur, et c’était l’occasion de corriger le tir.

L’expérience monégasque fut enrichissante, mais on est jamais aussi bien que chez soi. Ainsi, la famille Tuche (Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty incarnant les parents) était repartie dans sa précédente ville, mais un nouveau voyage les attend. En effet, leur petit dernier, l’intelligent de la famille qui espère faire de brillantes études aux Etats-Unis, ne rentrera pas en France pour son anniversaire, coincé outre-Atlantique pour un stage d’été. Pas de soucis, s’il ne peut pas venir aux Tuche, alors les Tuche viendront à lui.

Humour de gros bof et stéréotype poussé à outrance : voilà la recette du premier qui est logiquement réitérée ici. Plus encore, on reprend la même thématique du voyage dans un cadre encore inconnu pour la famille, aboutissant au même choc de cultures où chacun des deux bords à beaucoup à apprendre de l’autre. Les protagonistes n’ont pas bougé d’un iota, ils sont en proie aux mêmes problèmes, seuls le cadre et les intervenants changent, et encore, on retombe sur la richesse noble qui se positionne au dessus d’eux. Ainsi, seuls les gags varient, s’adaptant à leur nouvel environnement. L’humour reste fidèle à l’ambiance du premier film, misant sur du lourd et du comique de répétition, pour un résultat sensiblement identique : on s’amuse de temps à autre et le film ne se prend pas au sérieux, mais ça reste au raz-des-pâquerettes. De la comédie bien grasse qui ne fait pas de mal de temps à autre, mais espérons que Les Tuche 3, prévu pour début 2018, fasse un peu évoluer le concept et ses personnages.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.