10 Cloverfield Lane

10 Cloverfield Lane
2016
Dan Trachtenberg

Il y a huit ans un film venait bouleverser notre paysage cinématographique : Cloverfield. Film catastrophe sur l’attaque d’un monstre géant en plein New-York, il révolutionnait l’approche classique des blockbusters en filmant ce phénomène d’ampleur colossale à hauteur d’homme, suivant simplement une bande de jeunes qui, à l’image du spectateur, se retrouvent bien impuissants face à une telle menace inconnue. On ne s’attendait pas forcément à voir une suite débarquer, mais depuis le temps que le projet traînait sur la table, on était curieux de voir ce qu’ils allaient en faire.

Alors que la situation sur Terre semblait aller bien pour le moment, une jeune femme, Michelle (Mary Elizabeth Winstead), fuyait son petit ami, taillant la route à bord de sa voiture. Se rappelant vaguement de son accident, elle va se réveiller menottée dans une chambre glauque de bunker. Pensant être la captive d’un certain Howard (John Goodman), ce dernier va lui révéler qu’il la en réalité sauvé puisqu’un cataclysme se serait abattu dehors et que des retombées radioactives, ou tout du moins nocives, font rage. Psychopathe ou bienfaiteur ? Pour Emmett, le troisième réfugié de l’abris, la menace est bien réelle dehors, mais le doute l’assaille quant à elle.

Suite, préquelle, film en parallèle ? Mystère, et il faudra même attendre la fin du film pour en avoir une vague idée. C’en était même à se demander si une connexion existait réellement entre les deux films. La très grosse majorité du film se passe donc à l’intérieur du bunker où les deux réfugiés tentent de cohabiter et faire connaissance avec le curieux propriétaire des lieux. Un huis clos oppressant qui nous place du point de vu de la fille, passée totalement à côté du cataclysme et qui s’interroge sur sa véracité et son ampleur, nous poussant nous aussi à demander ce qui se trame et quels pourraient être les secrets de chacun. Le suspens est donc maximal, même si on se doute du genre de révélations qui pourraient survenir étant donné l’affiliation au précédent film. Toutes les pistes ne sont pas poussées jusqu’au bout et certains éléments d’apparence importants ne seront pas traités (comme les dossiers dans la pièce de filtrage) mais le film gère bien ses effets de surprises et le talent des acteurs rend l’immersion efficace. Ce n’est pas tellement le genre de dérivé de Cloverfield qu’on attendait et question originalité c’est un peu décevant mais entre l’histoire et l’ambiance le film marche bien.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.