Eddie the Eagle

Eddie the Eagle
2016
Dexter Fletcher

Alors que les JO (certes pas d’hiver) vont démarrer en fin d’été, ce n’est pas moins de trois films centrés sur cette compétition sportive qui sont sorti depuis le début de l’année, et tous ont connu un succès très modéré ou nul, amenant à chaque fois la même question. Pourquoi ne pas l’avoir sorti pendant les JO, là où l’engouement sportif est le plus élevé ? Il est vrai que l’été est un embouteillage à blockbuster et que ce genre d’événement a un impact négatif sur les entrées en salles, mais la contre-stratégie n’a pas été la bonne et il est dommage de voir ce genre de film si réussi se planter.

Tiré d’une histoire vraie, le film nous raconte l’aventure incroyable de Eddie Edward (Taron Egerton), depuis toujours passionné des Jeux Olympiques. Son plus grand rêve est de participer à cette compétition, cherchant en vain une discipline où il posséderait un quelconque talent. Puis un jour, il va avoir la révélation de sa vie : les Jeux Olympiques d’hiver. C’est décidé, il tentera sa chance au saut à ski, alors même que la Grande-Bretagne n’a pas proposé de candidat depuis un demi siècle et qu’il ne connaît pas encore la discipline. Touché par sa volonté sans failles, Branson Peary (Hugh Jackman), ancien champion de saut à ski, va le prendre sous son aile et tenter de l’amener jusqu’aux JO.

Il y en a qui sont passionnés par un sport en particulier, lui ne vit que pour les Jeux Olympique. S’il est attendrissant de voir un enfant clamer qu’il y participera un jour, cela devient pathétique et comique une fois adulte après une vie entière d’échecs. Personne ne croit en lui, surtout pas le spectateur, tout le monde le voyant comme le simple bouffon qu’il est malgré toute la sympathie qu’il dégage. Mais le bougre s’accroche et persévère par courage, folie ou inconscience, et alors on commence à entrevoir un miracle et petit à petit, tendant à prouver que quand on s’acharne et qu’on donne le meilleur de soi-même, aucun combat n’est perdu d’avance. Un message d’espoir fort malgré le nombre ahurissant de retour à la réalité qui en aurait découragé plus d’un, on veut y croire et son combat devient le notre. Porté par d’excellents acteurs (incluant Christopher Walken), notamment le duo élève-professeur, le film est aussi très réussi en terme de réalisation, donnant des teintes légères aux images pour appuyer l’espoir porté par Eddie, et tout ce qui entoure le saut à ski est très maîtrisé entre les sensations d’altitude et la précision de la technique. Un feel-good movie efficace, à l’histoire originale et aux personnages attachants.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.