À la folie

À la folie
2011
Drake Doremus

Grand prix du jury à Sundance, le film a connu un beau parcours sur le territoire américain, réussissant à dépasser les trois millions de dollars de recettes alors même que son budget n’excédait pas le quart de million. Il n’est en revanche jamais arrivé jusqu’en France, du moins pas en salles, alors pas facile d’en avoir ne serait-ce que entendu parler. À cause de circonstances tragiques, le film refait parler de lui depuis dimanche, mais ça ne sera personnellement pas pour ce film que je me souviendrais de son interprète.

Ah l’amour… Etudiants aux Etats-Unis, Jacob (Anton Yelchin) et Anna (Felicity Jones) vont tomber follement amoureux, dévorant chaque seconde passée ensemble avec une passion incandescente. Pour des questions de visa, Anna devait retourner durant l’été dans sa Grande-Bretagne natale, mais incapable de se séparer aussi longtemps de son aimé, elle va transgresser son permis de séjour, sans penser aux répercutions.

C’est une vérité absolue qu’on a presque tous eu l’occasion de vérifier : loin des yeux loi du cœur. Une relation longue distance ne marche jamais, la frustration laissant rapidement place à la colère puis l’indifférence. Ainsi, le film nous propose de suivre sur plusieurs années un couple où tout allait très bien jusqu’au jour où la distance est venue s’interposer entre eux, créant un vide qui va évoluer en source de tension, de mécontentement et d’exaspération. Une romance qui repose sur deux interprètes de qualités (épaulés par Jennifer Lawrence), notamment Felicity Jones dont le regard de pauvre chose apeurée nous fait complètement chavirer avec ses lèvres retroussées et son petit nez pointu, mais cela ne suffit pas pour tenir tout le film durant. Il y a beaucoup de bouleversements dans leur relation, très crédible et soignée au passage, mais la plupart du temps il ne se passe pas grand chose et la façon de réagir des personnages est souvent pénible. Une belle romance brillamment portée mais qui souffre de grave problèmes de rythme et d’un style trop contemplatif.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.