Midnight Special

Midnight Special
2016
Jeff Nichols

Pour son quatrième film, celui que beaucoup voient comme l’un des meilleurs réalisateurs en devenir, Jeff Nichols, s’attaquait pour la première fois à la science-fiction. Projet mystérieux qui en intriguait plus d’un, le film fut acclamé à sa sortie, surtout par la presse, y voyant là un génie à l’œuvre. Ça ne fut en revanche pas suffisant pour rameuter le public, le film ayant au final amorti seulement le tiers de son budget (6 M$ dans le monde). Il faut bien dire qu’au final je me suis personnellement bien senti floué…

Élevé dans une de ces fameuses sectes américaines, un certain Alton aurait été enlevé, c’est du moins ce que déclare les autorités à sa recherche (Adam Driver), très intriguées par le contenu de certaines de leurs messes. En fuite avec son père (Michael Shannon) et l’un de ses amis (Joel Edgerton), Alton doit se rendre impérativement à une destination précise à une date précise. Que se cache derrière tout ça ?

Dès l’annonce du projet tout se jouait sur le mystère et l’approche unique du film, mais il n’en est rien. La conclusion est évidente dès le début, et côté originalité il faudra repasser : le film est un mélange du Jour où la Terre s’arrêta et Prédictions, surtout le second. Pire encore, alors que ces deux films sont très décriés, je les trouvais plus aboutis, ou tout du moins plus honnêtes, se concentrant sur leur sujet premier. Alors que le scénario est tout aussi prévisible ici, le film oubli en cours de route certains de ses éléments, par exemple la secte, jamais vraiment décrite et dont le charismatique leader (Sam Shepard) disparaît pour toujours au bout de 20 minutes de film, sans raison. De même, on ne sait pas au bout du compte pourquoi ni comment l’alerte enlèvement a été lancée ou les motifs de l’exclusion / éloignement de la mère d’Alton (Kirsten Dunst). Quant à la fin, si elle est cohérente avec le film, elle n’en reste pas moins peu réaliste (oh, ça sort de terre comme par magie !). Du bon casting et de jolis effets de lumière, mais en dehors de ça l’histoire est décevante et le rythme décousu.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Midnight Special

  1. Julien dit :

    Boah, je ne l’ai pas trouvé si mal la fin.
    Ça ne « sort pas de terre ». Le gamin l’explique à un moment : nos deux mondes sont superposés. Avec sa bulle, on voit effectivement cette superposition pendant un instant.
    C’est quelque-chose qui est assez connu dans les milieux ésotériques. On parle alors de différents « niveaux d’énergie » ou « plans cosmiques », voire « dimensions ».
    Et puis c’est plus poétique qu’autre-chose.
    Ceci dit, effectivement, le rythme est assez décousu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.