Tamara

Tamara
2016
Alexandre Castagnetti

Très ancrées dans la culture française, les bandes-dessinées connaissent régulièrement des adaptations au cinéma, et cette fois c’est le tour de celle de Zidrou et Darasse. Si le résultat financier de ce genre de productions est souvent très positif, la prudence est toujours de mise tant la popularité vient quasi systématiquement du matériau de base et non de la qualité discutable de l’adaptation. Ne connaissant pas la BD, il sera néanmoins difficile d’en juger, ce qui n’est pas un mal tant les attentes peuvent biaiser le ressenti.

Si l’adolescence est un moment difficile dans la vie, elle l’est particulièrement pour Tamara (Héloïse Martin). Son père (Bruno Salomone) n’a jamais été là, sa relation avec sa mère (Sylvie Testud) s’est beaucoup détériorée depuis l’emménagement de son nouveau compagnon et de sa fille, mais plus que tout il n’est pas facile d’être la grosse de la classe quand on est prit pour cible par tous et qu’on a flashé sur le beau-gosse du bahut (Rayane Bensetti).

Le film est d’un classique incroyable, pour certains points ça passe, pour d’autres beaucoup moins. Forcément, quand on a attrait à l’adolescence, on n’échappe pas aux clichés des stéréotypes ambulants avec la bombasse méchante, le beau gosse super sympa, le geek frustré de la vie (interprété par le youtubeur belge Jimmy Labeeu), donc pour ça on est plutôt tolérant. En revanche, nous faire le coup du quiproquo ballot qui relance artificiellement le film sur un ressort dramatique avec encore le coup de l’aéroport, c’est juste pas possible. De même, on sent tellement que le film adapte deux BD consécutivement et la césure est nette. On a deux histoires complètement distinctes avec deux constructions en trois actes chacune, séparées par un quasi préambule de générique de fin après l’anniversaire, donnant un arrière goût de prolongement artificiel à la seconde moitié. C’est dommage car le film a de solides arguments entre un humour relativement bon et un casting sympathique, d’autant que le film se permet des effets-spéciaux comme on en voit rarement en France et leur utilisation est aussi réussie que cohérente. En résulte une comédie bien franchouillarde à la LOL qui plaira aux jeunes et reste supportable pour les autres.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.