Daredevil – Saison 03

Résultat de recherche d'images pour "daredevil saison 3 affiche"

Daredevil – Saison 03
2018
Erik Oleson

Loin d’être le monstre économique actuel, Netflix avait lancé en 2015 ce qui allait devenir sa série phare, celle qui à elle seule a fait explosé le média et déclenché cette dynamique qui ne s’est depuis jamais essoufflée : Daredevil. Encensée par tous, la série ne s’est pas reposée sur ses lauriers et nous avait offert l’année suivante une saison 2 ahurissante, rangeant au placard toutes les séries du genre en atteignant des sommets encore inconnus. De cette second saison est né un autre miracle : le prodigieux Punisher dont la série solo a aussi été une claque sans commune mesure. Malheureusement, devant se mélanger à des séries bien moins prestigieuses (et dont la moitié ont été annulés depuis) pour le pétard mouillé qu’était le rassemblement des Defenders, nous n’avions pas eu de troisième saison l’an dernier et l’attente n’en était que plus grande. Conscient que quand on a atteint le sommet on ne peut que redescendre, l’idée de retrouver le grand méchant charismatique de la première saison était trop gageur pour se résonner. Bien que ne déméritant pas, cette saison ne sera malgré tout pas forcément à la hauteur des attentes sur tous les points.

Le suspens quant au sort de Daredevil / Matthew Murdock (Charlie Cox) avait déjà été éclairci à la fin de Defenders, ayant finalement survécu à la destruction de l’immeuble, de même que le retour de l’ex parrain de la pègre New-yorkaise Wilson Fisk (Vincent D’Onofrio) avait été teasé à la fin de la seconde saison. Ne supportant d’être séparé de son aimée, ce dernier va accepter de collaborer avec le FBI et tout particulièrement les agents Ray Nadeem (Jay Ali) et Ben Poindexter (Wilson Bethel) pour obtenir un internement en maison sécurisée à la place de la prison, mais surtout l’abandon de toutes les charges portant sur sa Vanessa pour pouvoir enfin la retrouver. Une fois encore, Wilson Fisk a réussi à retourner le système en sa faveur et pour Daredevil, désormais libéré son encombrant alter égo Murdock, va chercher un moyen de mettre définitivement un terme à ses agissements, prêt à se salir les mains. Pour ses anciens amis Foggy (Elden Henson) et Karen Page (Deborah Ann Woll), la justice et la lois devraient prévaloir et vont de leur côté chercher un moyen légal pour arrêter la machine corruptrice en marche.

Était-ce trop tôt ? Un seul grand méchant pour une saison entière ne nous suffit peut-être plus, mais une fois passé la jubilation des retrouvailles avec le colosse capable de broyer un crâne à mains nues, on se rappelle qu’on a déjà eu droit à une excellente saison entièrement dédiée à sa grandeur, et une nouvelle de plus après la richesse et la diversité de la seconde saison, cela sonne un peu léger et redondant. De plus, d’un point de vue psychologique les évolutions des personnages sont pour ainsi dire inexistantes et on retrouve certaines tares sur l’inaction ou la bêtise de Daredevil, moins efficace et probant dans cette troisième saison. En fait c’est bien simple, tout ce que la saison traîne des précédentes saisons, que ce soit les histoires ou les personnages, rien n’a la saveur des nouveaux éléments d’intrigue. Les agents Nadeem et Poindexter ont un charisme de fou, leurs histoires personnelles sont extrêmement bien travaillées et j’ai personnellement trouvé bien plus d’attrait à les suivre. Mais heureusement, l’intrigue globale est encore excellente, quoiqu’un peu lente à se mettre en place puisque le génie de Wilson Fisk ne se distillera qu’à petite dose avant de vraiment éclater en fin de saison. On pourra aussi trouver à redire sur les enjeux puisque avec le recul cette saison n’aura pas servi à grand chose si ce n’est nous divertir en ressortant son plus grand méchant, mais on aurait aimé quelques apparitions des autres héros ou anti-héros de l’écurie (surtout le Punisher bordel !). En résulte un divertissement de très haute facture à l’écriture toujours aussi recherchée, mais entre quelques stagnations et redondances, on tempèrera un peu nos ardeurs.

This entry was posted in Critiques, Série. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *