Final fantasy VII

Final Fantasy VII
1996
Playstation

Evènement majeur dans la vie de nombreux joueurs du monde entier : Final Fantasy VII. Si pour certains il représente le tout premier RPG ou pour d’autre tout simplement leur jeu préféré, chacun y a trouver bien plus qu’un simple jeu de plus. Pilier de l’univers vidéo-ludique, ce titre restera à jamais gravé dans les mémoires.

Graphismes : 16/20

Les décors sont somptueux, une 2D propre et poétique telle une peinture colorée et vivante. La modélisation des personnages en 3D n’est pas une grande réussite, bonjour l’effet playmobile, mais on décèle malgré tout une certaine expression dans leurs visages. Quand aux passages sur la carte, il s’agit de 3D intégrale assez épurée et pas très ragoutante mais on s’y fait. Les cinématiques sont très bien, bien que rares et particulièrement courtes. Même si les graphismes sont aujourd’hui désuet, le jeu reste très regardable, notamment grâce à sa poésie intemporelle.

Jouabilité : 18/20

On retrouve du tour par tour incroyablement classique avec les magies, les invocations, et les limites, permettant de relâcher toute sa violence à la tête des ennemis. Plutôt pêchu et dynamique, le jeu trouve aussi son intérêt avec les matérias, équipables aux accessoirs, permettant d’associer un personnage à des bonus ou des magies / invocations. On apprécie la liberté de choix et la montée en niveau, très lente, est fortement récompensée. On notera aussi la présence de quelques mini-jeux, certains sympa, mais la plupart du temps pas très jouable.

Durée de vie : 18/20

Le jeu s’inscrit dans la ligné des FF, à savoir 40 heures en ligne droite, et plus de 60 si vous voulez terminer le jeu jusque dans ses moindres retranchements. Entre la quête de matéria et le level up, les chocobos et les ARMES, et tout les mini-jeux de la zone « paradis », on trouve de quoi faire.

Bande son : 18/20

Les musiques sont magnifiques, les bruitages pas mal et tout est là pour vous mettre dans une ambiance magique et onirique. Que ce soit le thème principal ou ceux des villes parcourues, tout est épique et mémorable.

Scénario : 19/20

Un scénario en béton armé qui s’étale sur trois CD, bourrés  d’effets de surprise et qui reposent sur des questions philosophiques extrêmement bien exploitées. A noter tout de même de légers ralentissements de l’histoire dans le CD 2. L’univers est d’ailleurs tellement bien pensé et vaste que bien d’autres jeux en tireront parti avec les spin-off et le film.

Note globale : 19/20

Sans doute l’un des meilleurs RPG qui existe, et qui fait mouche sur quasiment tous les points de vus. Paysages enchanteurs, système de combat bien fichu, musiques inoubliables, histoire émouvante et forte, tout y est. Des personnages forts, les matérias, le charismatique Séphiroth, la mort de Aerith, tout dans le jeu est mythique. Certes, ses éléments de 3D prennent la poussière et on ne comprend pas pourquoi le soin apporté à la séquence finale n’a pas pu être reconduit sur l’ensemble, mais il est difficile de trouver tellement à redire sur cette légende. Une chose est sûre, le jeu aura toujours une place dans nos cœurs.

Ce contenu a été publié dans Critiques, Jeux vidéo, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.