Wall Street : l’argent ne dort jamais

Wall Street : l'argent ne dort jamais
2010
Oliver Stone

Difficile de faire une suite à Wall Street et pourtant, la voici. Son argument principal est la présence en acteur principal de Shia LaBeouf, très en vogue à Hollywood de par le fait que chacun de ses film est un très grand succès commercial. Niveau histoire on restera dans des magouilles financière et boursières où l’on constatera un problème de zéro, c’est-à-dire que chaque somme annoncé parait comme dix fois trop grande, mais bon. La différence ici est que le but n’est plus uniquement l’argent, surtout pour le fiancé de la fille (Carey Mulligan) (eh oui, en plus d’un fils, il a eu le temps de faire une fille avant d’aller en prison) de Gorgon Gekko qui est un trader honnête et responsable, jusqu’à certaines limites. Là où ça devient intéressant, c’est que le film est plein de rebondissements inattendus pour certains. Le fait de parler de « twist ending »  serait un peu fort, mais on assiste quand même à un gros retournement de situation qui calme.

Cette suite est donc largement regardable par rapport au premier, même si le film est un peu long et pas très passionnant au milieu. L’intérêt principal du film réside en la personne de Shia LaBeouf qui, de par le ramassis d’acteurs raté à ses côtés, démontre encore une fois son talent, et on espère le revoir dans des films de son envergure.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.