Tête de Turc

Tête de Turc
2010
Pascal Elbé

Quand un film se lance dans la politique d’acceptation et le bon sentiment ça fait bien chier et Pascal Elbé derrière (et devant) la caméra, ça ne change rien. Le thème du film sera donc la banlieue sensible du 93 et sa haine de la  police. C’est donc en confondant le gyrophare d’un médecin avec celui d’un policier que des jeunes caillassent la voiture et y balancent un cocktail Molotov. Mais le jeune Bora, responsable de l’explosion, décide d’aller sauver le médecin. Avec la loi du silence des banlieue, personne ne parle, personne ne balance. Mais le frère du médecin (Roschdy Zem) est policier et décide de lancer sa propre enquête pour démasquer le coupable.

Réalisation propre, rythme soutenu mais sujet de merde et acteurs moyens. On sent qu’il y avait du potentiel mais ils sont complétement noyés dans le flot de bons sentiments et de morale. Le film a surtout servi à Pascal Elbé pour tester ses capacités de réalisateur qui s’avèrent bonnes aux vus du film et des 4 nominations dont celle du césar de la meilleur première œuvre, même si au final, aucun prix n’a été décerné. Mais par rapport à la plupart des daubes françaises, on s’en sort pas si mal.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.