The Green Hornet

The Green Hornet
2011
Michel Gondry

La famille des super-héros s’agrandit avec ce coup ci l’adaptation d’une série télé des années 60 : Le frelon vert. Comme c’est de plus en plus souvent le cas, action et humour seront mêlés au service de la justice. A l’image de Bruce Wayne, le héros est ici enfant d’un riche patron. A la mort de se dernier, Seth Rogen (En cloque, mode d’emploi, Funny People) fait la connaissance de Kato, un des employés de la maison et décide de s’associer avec lui pour devenir le frelon vert ! A l’aide de leur assistante Caméron Diaz, le duo de choc va s’improviser justiciers.

Le frelon vert incarné avec maladresse par Seth Rogen est un anti-héros de première car en plus d’être complètement con et incompétent, il se paye le luxe d’être un connard antipathique fini. Heureusement, son acolyte est génial mais n’arrive tout de même pas à rééquilibrer la balance. On pourra néanmoins compter sur de bons dialogues, bien que parfois bancales, dont en ressortent quelques perles comme : « Euh t’es en train de parler chinois ? (car Kato est chinois) – Ah merde encore désolé » ou encore « Je le veux mort si possible, vivant si nécessaire ». Au final, le film enchaîne et mêle avec brio les scènes d’action et les gags, rendant le tout dynamique et divertissant. A noter que contrairement à ce qui était prévu, aucunes suites ne verra le jour.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à The Green Hornet

  1. Julien dit :

    « Aucune suite ne verra le jour », ça, t’en sais rien !
    Il suffit qu’un producteur fan du Frelon vert ait envie de voir une suite pour qu’il y en ait une. On a vu des films bien moins rentables avoir une suite !
    Et même s’il n’y en a pas une tout de suite, il peu y en avoir une dans 10 ans. On ne sait jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.