I, Robot

I Robot
2004
Alex Proyas

La science-fiction est un genre qui se fait rare dans le monde du cinéma, bien que la tendance soit à la hausse. Mais plus rare encore sont les bons films de science-fiction. En choisissant d’adapter un livre du maître du genre, Isaac Asimov, Alex Proyas (The Crow, Prédictions) pouvait difficilement se tromper. Et en effet, il ne s’est pas trompé.

Tiré du livre Les Robot d’Isaac Asimov, le film se déroule en un 2035 plus réaliste qu’à l’accoutumé dans le sens où le principale changement d’époque réside dans l’apparition de robots humanoïdes régis suivant trois lois :
– Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
– Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.
-Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.
Particulièrement bien rodé, le système de l’USR garanti une totale sécurité et n’a jusqu’à aujourd’hui, jamais failli. Tout le monde a largement accepté les robots. Tous, sauf Del Spooner (Will Smith (Idependance Day, Sept Vies)). Et alors que le fondateur de USR se suicide, Del, étant policier, est appelé sur la mission. C’est alors qu’il trouve un robot modèle NS5 spécial qui peut, s’il le désir, désobéir aux trois lois. Immédiatement, Del Spooner va suspecter le robot de meurtre, chose impensable. Bien décidé à prouver la malveillance des robots, Del va mener l’enquête à l’aide du docteur Susan Calvin (Bridget Moynahan (Lord of War, World Invasion : Battle Los Angeles)) et Sonny, le robot NS5 défectueux.

Si le film n’a eu que des notes bonnes, et non excellentes, c’est parce qu’il ne suit pas à la lettre le livre, loin s’en faut. En effet, ici tout le monde aime les robots et un problème va survenir, alors que dans la nouvelle, les robots étaient gentils mais les gens en avaient peur. Bien heureux donc, ceux n’ayant pas lu l’ouvrage car ils pourront apprécier cette merveille à sa juste valeur. Non seulement le casting est énorme, mais en plus Will Smith est en très grande forme et chaque intervenant est assez charismatique. Pour les effets spéciaux, nominés aux Oscars, ils sont encore parfaits avec des robots bluffants, des voitures de toute beauté (d’autant que celle de Will Smith est une Audi), et la réalisation aux petits oignons. Sans aucun doute l’un des meilleurs films de science-fiction à ce jour. Immanquable.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à I, Robot

  1. Julien dit :

    Euh… Anaïs : « jusqu’aujourd’hui » est correct (comprendre « jusque au jour d’hui ») et « ognon » l’est aussi malheureusement depuis la réforme orthographique de 1990.
    Quant à i-Robot, c’est clairement l’un des plus mauvais films de science-fiction qui m’ait été donné de voir avec Le cinquième élément. Une HORREUR ! Le scénario est vraiment une insulte à Isaac Asimov, Will Smith joue aussi bien que Christophe Lambert bourré et les effets-spéciaux sont pompés sur Chris Cunningham et son clip pour Björk, mais en raté.
    Bref, c’est nul !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *