Quelque chose à te dire

Quelque chose à te dire
2009
Cécile Telerman

En France, le métier de scénariste consiste à pondre des situations suivant le registre du film. C’est comme ça qu’on arrive avec ce genre de film au scénario famélique qui semble nouveau mais qui laisse indubitablement un arrière goût de déjà-vu.

En l’occurrence, l’histoire est celle de Alice (Mathilde Seigner) qui rencontre Jacques, un policier. A la mort de sa mère, il apprend que feu son père a légué 30 peinture de grandes valeurs à son fils caché. Il s’avère que ce fils caché est Antoine (Pascal Elbé), frère de Alice. D’ailleurs, les peintures sont des portraits de Mady (Charlotte Rampling), mère de Alice et Antoine.

Après un long démarrage poussif, le temps de présenter toute la famille, l’intrigue daigne se dévoiler. En plus d’avoir cet inaltérable sentiment de déjà-vu, l’histoire est incroyablement plate, vide et soporifique. Certes le casting est de choix mais la sauce ne prend pas. Heureusement, un vif regain d’énergie se fait sentir vers la fin du film, même si le dénouement est banal et ultra prévisible. Ce qui sauve le film de l’ennui comateux, c’est l’humour. S’il pêche en grande partie, on notera quelques trouvailles et scènes amusantes, notamment celles entre Jacques et Antoine. Mais ça reste vraiment trop peu pour susciter un temps soit peu la curiosité d’autrui.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.