X-Men Origins : Wolverine

X-Men Origins : Wolverine
2009
Gavin Hood

Y avait-il besoin de faire un film sur l’histoire de Wolverine ? Non et ça n’était d’ailleurs pas prévu. A l’origine, il était question de faire un spin-off sur Tornade mais l’actrice demandait un cachet trop exorbitant. Nous revoilà donc avec Hugh Jackman pour l’origine du personnage de Wolverine.

C’est en 1845, alors qu’un inconnu tue son père, que les pouvoirs de Logan se dévoilent, mais à l’époque, ses griffes étaient des os. Après avoir vengé son père, lui et son frère, Victor/dents de sabre (Liev Schreiber), prennent la fuite. Ayant tout deux un pouvoir de régénération, ils s’engage à tour de rôles dans diverses guerres avant d’être contacté par le gouvernement américain. Une unité spéciale mutants est formée avec outre les deux frères, d’incroyables mutants tels un contrôleur d’électricité (Dominic Monaghan), un colosse (Kevin Durand) ou un épéiste (Ryan Reynolds). Mais à la suite d’une mission meurtrière, Logan décide de partir, sonnant la dissolution du groupe. Quelques années plus tard, alors que Logan a refait sa vie au Canada, le gouvernement le recontacte pour un projet d’armement…

Le scénario pose vraiment un problème insurmontable dans ce film. En plus d’être incohérent et inutile puisque la plupart des réponses était déjà présentes dans X-Men 2, l’histoire ne se suffi pas à elle même. Outre le fait qu’elle soit fausse en grande majorité, il est difficile de concevoir le fait que dent de sabre soit le frère de Wolverine, même si c’est  vrai, car dans l’état actuel des choses, ça laisserait supposer qu’il a lui aussi perdu la mémoire. Une fois passé ce cap, on constate que la saga prend un tournant très appréciable : le côté fantastique laisse place à de la bonne grosse action, peut-être trop même. Du coup, explosions et autres effets spéciaux sont légions et avec de magnifiques paysages canadiens et asiatiques, le film est graphiquement très beau. Au niveau des personnages, on notera l’arrivée discrète d’un des plus puissants X-Men : Gambit. Au final, le film est complètement inutile bien qu’assez divertissant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.