L’Aigle de la Neuvième Légion

L'Aigle de la Neuvième Légion
2011
Kevin Macdonald

En 100 avant Jésus Christ, la neuvième légion de Rome était partie en quête de nouveaux territoires dans les terres barbares de l’Ecosse. Cette légion regroupait quelques 5000 hommes mais aucuns ne revinrent de cette mission. Que sont-ils devenus ? Sont-ils tous morts ?
Marcus Aquila (Channing Tatum) est le fils d’un de ces légionnaires. Pour faire honneur à sa famille, il gravis les échelons de l’armée et devient centurion et décide d’être affecté à un poste en Grande-Bretagne. Et c’est de main de maître qu’il redora le terne blason de son fort, mais ce au prix de son propre sacrifice. Suite à d’importantes blessures, il fut remercié et écarté de l’armée. Mais l’heure de sa retraite n’avait pas encore sonnée. Il décide donc, accompagné de Esca (Jamie Bell) un esclave qu’il a sauvé, de faire ce qu’aucuns autres n’a osé faire auparavant : reprendre aux mains des écossais le blason de l’aigle de la neuvième division…

Les films historiques se passant durant l’empire roman sont plutôt rares. Celui-ci se paye en plus le luxe d’être original. L’époque semble lointaine et pourtant, les deux messages véhiculés par le film sont des valeurs chères à l’Amérique : l’égalité entre tous et l’amour de sa patrie. Et si tous ça est possible, c’est grâce à un jeu d’acteurs exceptionnel. Si Jamie Bell est déjà un acteur confirmé, la véritable réussite du film vient de Channing Tatum qui livre une fois encore une performance de haut vol. Le duo principal est donc extrêmement efficace. Si les séquences d’affrontements sont un peu saccadés, la réalisation globale est très bonne, d’autant qu’elle est appuyée par de somptueux paysages des Highlands. Un beau film au message très fort.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.