Limitless

Limitless
2011
Neil Burger

Partant du principe que l’être humain ne peut utiliser qu’au mieux 20% de son cerveaux, que se passerait-il si l’on avait accès à la totalité de ses capacités ?

Eddie Mora (Bradley Cooper) est un raté : il vit dans un appartement insalubre dont il ne peut même plus payer le loyer ; sa copine, la seule personne qui le soutient encore, le largue ; et depuis des mois, il bloque et n’a pas réussi à écrire une ligne de son roman.
Mais un beau jour, il va croisé son ex-beau-frère. Ce dernier, pour l’aider un peu, lui offre une pilule de NZT censé lui ouvrir la porte de son cerveau. De retour chez lui, il décide de tester la pilule et les résultats sont stupéfiant : sa capacité de raisonnement est infini et  instantanée et mieux encore, il a écrit un chef d’eouvre en une nuit. Mais au réveil, le génie avait laissé place au vrai Eddie. Tel un drogué en manque, il retourne voir son beau-frère pour se procurer d’autres NZT. Grâce à elle, il peut devenir qui il veut, il est sans limites.

Le principe de l’anti-héros boosté par une drogue est amusant et très bien exploité avec les sensations, les effets secondaires et de manque et le problème pour s’en procurer. C’est avec intérêt et anxiété que le spectateur suivra Eddie dans sa montée en puissance, attirant le regard de tous, agrandissant sa liste d’ennemis. Très vite, on comprend qu’il ne peut y avoir que deux fins possibles. Heureusement, même si elle n’est pas très morale, celle choisie entretient la classe du personnage. Et si le film est si bon, c’est aussi grâce à une réalisation dynamique et surtout la prestance de Bradley Cooper, épaulé par Robert De Niro dans la seconde partie. Un très bon film qui vous fait dire, j’en veux !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Limitless

  1. damien dit :

    bonjour,

    j’aurais bien voulu connaitre sa technique de sevrage a la fin, c’est une interrogation qui me tracasse et dont j’aurais voulu avoir la réponse, aurais-tu une supposition?
    cela doit etre a petite dose, puis sous forme ou de maniere a etre bcp plus longtemps efficace, peut etre a t’il copié l’ukrainien avec sa technique de l’injection direct par le sang …

  2. Antoine dit :

    à la fin, il dit que l’un de ses laboratoires à découvert le secret de fabrication du NZT et, le connaissant, à su en faire une version amélioré. Il a juste changé de drogue en en prenant une sans les effets secondaires indésirables (vomissement, maux de tête, perte de mémoire et mort). Il n’est pas complètement sevré, juste du NZT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.