Insidious

Insidious
2011
James Wan

« Par les créateurs de Saw et Paranormal activity« ,  ça n’incite pas vraiment à voir le film. Mise à part les deux premiers, la saga Saw est l’une des pires saga d’horreur qui confond peur et gore. Paranormal activity ne s’en tire guerre mieux car même si l’accent est mis sur le psychologisme, l’absence de phénomènes concret est frustrant. Comment un tel mélange pourrait-il être favorable ?

L’histoire commence classiquement : une famille américaine déménage. Sur place, la mère (Rose Byrne) constate différents phénomènes hautement perturbant tels des inconnus qui la terrifie de jour comme de nuit ainsi que d’étranges sons. Pire encore, leur enfant Dalton tombe dans un coma inexpliquable. Le père (Patrick Wilson) accepte de re-déménager en ville, quittant cette maison supposément hantée. Mais alors que le problème aurai du disparaître, les visions se manifestent de plus en plus et de façon plus violente que jamais. Ça n’était pas la maison mais Dalton qui est hanté…

Malgré un début classique, on sent une césure nette se profiler : les victimes de ses manifestations maléfiques sont intelligentes ! Non seulement ils allument chaque pièce la nuit tombée, mais en plus ils veillent à établir une sécurité en fermant les portes à clef et en installant une alarme. Plus encore, ils ne mettent que deux nuits pour se décider à partir de la maison, chose qui semble alors une décision exemplaire. Et c’est là que le film dévoile sa vraie nature : ça calme ! En plus de compter sur une mise en scène très efficace faisant suer à grosse gouttes, le scénario est original et évite tout les pièges et raccourcis du genre. Avec le recule, on se rend compte du travail de cohérence scénaristique tant chaque scène dévoile des indices sur une partie du dénouement qui à chaque pas se révèle surprenant et terrible. Malgré une quasi absence de budget, certaines séquences sont impressionnantes et rarement un film n’aura su autant provoquer la peur et l’angoisse. Le tout aboutissant à une fin horrible. L’épouvante trouvera là son maître incontestable !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.