Le Seigneur des anneaux : la communauté de l’anneau

Le Seigneur des anneaux : la communauté de l'anneau
2001
Peter Jackson

Quelle belle occasion de se refaire cette mythique trilogie que leur sortie HD en version longue. Ainsi, le film passe de 2h45 à 3h28 soit plus de 40 minutes additionnelles. Presque dix ans plus tard, il est temps de revenir sur ce qui est considéré comme une référence absolue en matière d’héroïque-fantastique.

Il y a 2000 ans, Sauron a forgé neuf anneaux pour les humains, sept pour les nains et trois pour les elfes. Et grâce à l’anneau unique forgé dans les flammes de la montagne du destin, il contrôlait les porteurs d’anneaux. Mais après une guerre, Sauron fut vaincu et l’anneau alla aux humains puis à Sméagol (Andy Serkis) et enfin à Bilbon Sacquet.
Quelques années après, Sauron commence à retrouver ses forces et même si son corps est détruit, son pouvoir est conservé dans l’anneau. Bilbon lui fête ses 111 ans et décide par la même de prendre sa retraite et lègue ainsi son anneau à son neveu Frodon (Elijah Wood). Il devient impératif de cacher l’anneau et pour se faire, le mage gris Gandalf (Ian McKellen), confie le soin à Frodon d’apporter l’anneau en lieu sûr. Une fois arrivé chez les elfes à Focombes, un conseil décide de former une communauté de l’anneau constituée de Frodon, le porteur, deux humains, Aragorn (Viggo Mortensen) et Boromir (Sean Bean), d’un nain, d’un elfe, Legolas (Orlando Bloom) et trois autres hobits : Sam, Merry et Pippin (Billy Boyd) ainsi que Gandalf. Ensemble, ils vont tenter de se rendre en terres du Mordor et jeter l’anneau des les flammes de la montagne du destin…

Le début est assez long à démarrer et le rythme du film n’est pas exemplaire bien que pour une telle durée, le temps passe assez vite. L’histoire n’est pas exceptionnelle mais elle fait figure de maître du genre. Première partie d’un même film oblige, la fin laisse à désirer et ne conclu pas grand chose. Si dans l’ensemble la réalisation est excellente, renforcée par des décors et paysages magnifiques, la mise en scène connait quelques ratages notamment au niveau des effets de ralentis. Si le langage elfique est bien fait, celui du Mordor est passablement raté et est limite ridicule. Les effets spéciaux restent bons mais les orques et les trolls commencent à accuser leur âge. Seuls les Uruk-hai restes jolis, façon de parler. En revanche, les passages avec Cate Blanchett sont tout simplement nuisibles tant son personnage est mauvais et lamentablement interprété. Les autres acteurs s’en tirent largement mieux et la plupart sont même très bons. De manière générale, le film est très beau tant de par la réalisation que les paysages de Nouvelle-Zélande. Néanmoins, ce premier volet n’est pas le plus intéressant et son rythme est faible.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le Seigneur des anneaux : la communauté de l’anneau

  1. Julien dit :

    Ah, ah !
    T’as les 3 en HD ?
    Faudra que tu me les passe, on va se les refaire aussi cet été…
    Sauf que nous, ce sera sur le canapé, un verre à la main, sur un écran 42″ HD et avec un son HD surround que je m’achète dans les semaines qui viennent.

  2. Antoine dit :

    Oui : les trois HD et version longue. Mais sur un écran 21.5 » c’est pas mal aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.