Fatal

Fatal
2010
Michaël Youn

Il s’agit là du tout premier film réalisé par Michaël Youn en personne. Par contre, les autres films où il était acteur ne sont pas rassurants du tout. Si Coursier s’en sortait plutôt bien, difficile d’oublier les catastrophiques Incontrôlable et La Beuze. Néanmoins, Fatal porte sur un sujet intéressant : l’adaptation en film du personnage de Fatal Bazooka de ses sketchs musicaux.

Fatal Bazooka (Michaël Youn) est une très grande star dans le milieu de la musique. Ses chansons rap trustent systématiquement la première place des ventes. Il coule des jours heureux dans sa grosse maison. Mais un beau jours, un nouveau chanteur d’électro-bio, Chris Prolls (Stéphane Rousseau), lui vole la vedette. D’années en années, Fatal Bazooka sombre dans l’oubli et l’alcool tandis que Chris Prolls enchaîne les victoires et autres récompenses…

En choisissant un tel sujet, il est impossible de briller de par le scénario. En revanche, le film est très drôle et enchaîne les gags collectors car outre les deux chanteurs très bons dans leurs rôles respectifs, on retrouvera un Fabrice Eboué hilarant avec ses appels à son avocat avec « 12/18 ans, c’est pareil ! En plus elle mettait du rouge à lèvre cette salope », « C’est vrai que je lui est un peu rouler dessus mais qu’est-ce qu’il faisait sur le trottoir aussi ? » ou encore « Je vais quand même pas aller en prison pour deux malheureux kilo de cocaïne, on n’est plus au moyen-âge ». De même, que Vincent Desagnat, complètement fou. Par contre, on regrettera la si faible présence des chansons de Fatal Bazooka, les nouvelles étant très en dessous. Pire encore, les chansons électro-bio de Chris Prolls sont non seulement soûlantes mais aussi très mauvaises. Reste une bonne comédie musical très rythmé comme on en voit jamais en France.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.