Dear Frankie

Dear Frankie
2005
Shona Auerbach

Jusqu’où est prête à aller une mère pour son enfant ?
Dans ce film, Lizzie (Emily Mortimer) a quitté son mari pour élever seule son enfant, Frankie. Il connaissait visiblement quelques accès de violence et l’un d’eux aurait entraîné la surdité de Frankie. Depuis, Lizzie vit paisiblement avec son fils et sa mère. Mais pour Frankie, cette absence paternel inexpliquée le pèse. Ne sachant pas que faire, Lizzie décide d’engager un inconnu (Gerard Butler) pour jouer le rôle du père.

Trouver un père de substitution, on a déjà vu, de même que le coup du correspondant par procuration. Mais ces choses qui paraissent classique se révéleront être sujettes à de très bons retournements de situations. Pour ce qui de l’enfant handicapé, le larmoyant viendra plutôt de sa relation avec cet inconnu qui fera un père des plus complets, d’autant que les talents et l’intelligence qu’il s’est développé fait de lui quelqu’un de « fort ». Grace à un bon jeu d’acteurs et un scénario intelligent, l’histoire avance avec cohérence et poésie. Mieux encore, la fin est inattendu et « heureuse ».

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.