Et si c’était vrai…

Et si c'était vrai...
2005
Mark Waters

Marre de voir quinze fois la même comédie romantique ? Voici probablement la cure à vos maux. L’originalité dans un genre si fermé. Et si c’était vrai…

Elizabeth Martinson (Reese Witherspoon) est ce que l’on appel une acharnée du travail et est intervenante dans un hôpital et bride la place d’assistante. Grace à ses efforts, elle réussi finalement à avoir la place mais alors qu’elle allait voir sa soeur pour le célébrer, elle percute un poids lourd.
Trois mois plus tard, David Abbott (Mark Ruffalo) emménage dans l’appartement de Elizabeth. Mais alors qu’il était tranquillement installé, il vit Elizabeth, tout deux étonné de trouver un inconnu chez sois. Est-il fout ? Pourquoi est-il le seul à la voir ? A force de cohabitation, ils vont tenter de comprendre ce qui leurs arrive.

La mort, les fantômes, se sont des sujets forts. Peut-on en rire ? Oui et non. Si le film arrive habilement à exploiter le filon comique de la situation, la majorité du film est effroyablement triste avec une ambiance morbide. Pour ce qui est du scénario, c’est une grande réussite : chaque pas dans l’histoire est assez inattendu et original, le tout amené avec de belles trouvailles. Par contre, la fin nous réserve un méchant coup qui fait mal : l’amnésie. Cette connerie émotive fait très chier et nous donne une boule à la gorge à la WALL·E et envie de foutre une baffe dans la gueule des personnages comme dans Hero Corp. En plus, le spectateur se sent hautement frustré mais heureusement, la fin est à la hauteur de l’attente.
Le film possède une réelle puissance émotionnelle, renforcé par une Reese Witherspoon (miss n°8) très en forme et un Mark Ruffalo étonnamment meilleur que jamais. Si une telle faute de goût n’avait pas été commise à la fin, on aurait assurément là une référence en matière de comédie-romantique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.