Judy Moody et son été pas râté

Judy Moody et son été pas râté
2011
John Schultz

Ah quand même ! Y’en a qui doute de rien dans la vie ! Regarder un film avec titre pareil et une affiche sponsorisée par le LSD ça relève de graves problèmes psychologique ou émotionnelle, j’avoue. Et pourtant, à l’origine ce film est tirée d’une saga de douze livres (encore en cour de création ?) écrite par Megan McDonald.

Côté histoire, c’est bien pire que ce que l’on pouvait craindre : la jeune Judy Moody est en grande vacances et pour ne pas rater son été, elle veut faire des trucs de fou. – En toute logique ça devrai être du genre bouffer des cerveaux, mettre au congélateur des bébés ou reproduire une scène de FPS dans son école -. En fait ici c’est plutôt faire des conneries censées être cool. Le problème pour elle, c’est que ses amis partent pour les vacances et que toute seule elle se morfond. Mais heureusement, sa tante Opale (Heather Graham) va s’occuper d’elle pendant que son petit frère chassera Big Foot.

Et encore, vous n’imaginez même pas le niveau des conneries qui déferlent sur le pauvre spectateur qui l’avait certes bien cherché. L’humour pipi/caca est omniprésent, de même que la crasse et le mauvais goût. Les acteurs sont lamentables et pire encore, le niveau chute au fur et à mesure du film. A moins que ça ne soit moi qui m’en suis lassé à force… Dans tout les cas, à moins d’être un très jeune américain plutôt débile et peu regardant, l’expérience sera un véritable calvaire…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.