L’Elève Ducobu

L'Elève Ducobu
2011
Philippe de Chauveron

Comme le titre l’indique, il s’agit de l’adaptation cinématographique de la mythique bande dessinée éponyme de Zidrou et Godi. Vendus à plus de deux millions d’unités (soit près de 120 000 par albums), notre cancre national fait parti des meilleures ventes de livres. Après Titeuf, il est donc normal de voir atterrir Ducobu au cinéma.

Pour ce qui est de l’histoire, le film nous propose l’arrivée de Ducobu (Vincent Claude) à l’école Saint-Potache, après s’être fait renvoyé de toute les autres écoles. Ce nouveau départ sera une chance pour lui : personne ne le connais, l’occasion rêvé de tricher sans être immédiatement accusé. Et grâce à sa roublardise et à ses machiavéliques anti-sèches, il se mettra rapidement à collectionner les 10/10. Monsieur Latouche (Elie Semoun) le prend pour un génie et Mademoiselle Rateau (Joséphine de Meaux) pour un virtuose. Même sa brillante voisine Leonie Gratin n’y voit que du feu. Mais bien vite, Latouche va douter et se méfier…

Transposer une oeuvre de bande dessinée n’est pas chose aisé car les fans les attendent au tournant pour deux choses : acteurs et histoire. Pour ce qui est de l’histoire, c’est en grande partie une histoire originale puisque les seuls passages tirés de la BD sont mineurs (prof avec les truffes, noël, le magasin « Tout pour le cancre », le 1° avril ou quelques autres blagues). Et qui dit original dit massacre puisque l’arrivée de Ducobu à l’école avait déjà été faite avec l’histoire de Lapons et de troisième bras. De plus, le grand amour de Latouche, la directrice, est remplacée par la nouvelle prof de musique, mademoiselle Rateau. Et l’école est désormais tenue par un directeur. Aie… Mais le plus gros problème vient des acteurs qui, en plus d’être assez lamentables, ne sont pas ressemblant pour un sou. Si Ducobu passe relativement bien, et encore (coupe de cheveux catastrophique), son père est presque l’exact opposé de son modèle, Leonie est beaucoup trop chétive et pire de tous, Latouche. Il est censé être un homme élégant, grand et viril, tout le contraire d’Elie Semoun, bien qu’il soit le personnage le plus intéressant du film. Une fois passé ce massacre, que reste t-il ? Eh bien, humour proche de la BD oblige, c’est pas mal drôle et efficace d’autant que le rythme est bon. En tant qu’adaptation, c’est un ratage complet, en tant que comédie, c’est pas trop mal.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.