Intouchables

Intouchables
2011
Eric Toledano, Olivier Nakache

Véritable phénomène de société, Intouchables a enregistré déjà plus de 13 millions d’entrées en moins de 6 semaines. Et selon toute vraisemblance, le film est très bien parti pour détrôner Titanic et ses 20.7 millions d’entrées. Le film fait d’ailleurs déjà l’objet d’un remake américain. Néanmoins, on se rappel encore du très moyen Bienvenu chez les Ch’tis qui créa un effet de moutonnerie inexpliquable. Le succès est-il pour une fois mérité ?

Inspiré d’une histoire vraie, le film raconte comment Driss (Omar Sy), un noir des banlieues, a su redonner le goût de vivre à Philippe (François Cluzet), un homme riche qui s’est retrouvé paralysé de la base du coup jusqu’aux orteils suite à un accident de deltaplane.

Le film commence très fort : alors que l’ambiance est clairement à la déprime, Omar Sy balance du lourd et nous prouve d’amblé son talent de dramaturge et de comique. Il fait d’ailleurs à lui seul tout le film de par son interprétation profonde et personnelle de quelqu’un d’incroyablement humain et gentil. Son arrivée au manoir est magistrale et la rencontre paraît évidente. François Cluzet est lui aussi bluffant tant sa paralysie semble réelle, preuve d’une grande maîtrise tant mentale que physique. Et tout deux vont nous faire vivre une aventure très belle tantôt drôle, tantôt triste. Par contre, on dénote une méchante baisse de régime et un choix douteux vers les 2/3 du film. De même, la fin est décevante et peu joyeuse. Mais bon, c’est après tout une histoire vraie et peut-être, dans un soucis de respect de leurs vies, ont-ils voulu laisser la fin telle quelle. Reste un très bon film propulsé par deux acteurs exceptionnels et qui mérite largement plus son succès que bien des autres auparavant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.