Max la menace

Max la menace
2008
Peter Segal

Le film est tiré de la série éponyme des années 60, qui connue d’ailleurs une ultime saison en 95, soit 26 ans après. Et comme son model, le film met en scène Max (Steve Carell), un employé de CONTROL, une agence de renseignement américaine ultra secrète. Son rêve est d’intégrer l’équipe d’agents, le statut ultime. Et suite à un accident, le service se retrouvera en manque d’effectifs et faute de mieux, Max deviendra l’agent 86. Pour mener l’enquête sur des trafiquants d’ogives nucléaires russes, il fera équipe la pointe du métier : l’agent 99 (Anne Hathaway). Mais même avec toute la meilleure volonté du monde, il est difficile d’assurer quand on est un boulet intégral…

Sorte de film d’espionnage de série B, le film joue clairement la carte de la comédie en misant sur un pilier du genre : Steve Carell. Le principe est donc de prendre un sujet d’espionnage quelconque, et donc chiant, et de faire en sorte que malgré ses efforts, Max enchaîne les ratages. C’est plutôt efficace même si ce dernier est un peu trop sérieux pour que le guignolesque prenne le dessus. Le plus drôle reste le personnage narcissique de l’agent 23 (Dwayne Johnson) qui est vraiment impayable. Le film peut aussi compter sur le charme certain de la sublime Anne Hathaway qui rajoute un peu de glamour. Le tout agrémenté de grosses scènes d’actions assez maladroites. Mais le problème c’est que le film est sans surprises et que le côté espionnage est éculé, mou, sans originalité, et est donc des plus chiants. On notera le même genre de ratages que dans Johnny English même si le niveau est ici largement au dessus. Bref, le film est intéressant, divertissant et plutôt drôle mais ses mécanismes sont datés et le côté espionnage plombe le résultat.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.