Shrek

Shrek
2001
Andrew Adamson, Vicky Jenson

Premier volet de la tétralogie, Shrek, qui veut dire affreux en allemand, est une sorte de parodie de conte de fée. On y retrouve donc les grands classiques tels que Blanche Neige, La belle au bois dormant, Cendrillon, Le petit chaperon rouge et bien d’autres encore.

Le film met en scène un ogre vert répugnant répondant au nom de Shrek. Mais alors qu’il coulait des jours heureux dans son marais, tout le monde féerique lui tomba dessus. En effet, Lord Farquaad s’est lancé dans la chasse aux créatures magiques et Shrek est le seul à être « tranquille ». Tous ont donc élu domicile chez lui, en particulier un âne qui parle. Bien décidé à retrouver sa sérénité, il fera alliance avec l’âne et ira voir le Lord. Ce dernier consentira à évacuer les lieux en échange de quoi Shrek devra lui ramener Fiona, une princesse prisonnière au sommet de la tour d’un château protégé par un dragon…

La première chose qui choque dans le film c’est les graphismes. Certes il ne s’agit pas d’une super-production (pour le 1 tout du moins) mais ça pique quand même sacrément les yeux. Si le vide abyssal des décors est légèrement camouflé par de jolis effets de lumières et des couleurs joyeuses, on ne peut pas en dire autant des personnages, tous plus mal fait et animés les uns que les autres. Après, côté histoire, c’est assez pauvre et plat et surtout pas original puisque parodique de contes existants. Le film vaut principalement pour son humour décalé mais le problème, c’est que c’est très gras. Du coup, si l’âne et la dragonne sont très drôle, le reste fait parfois peine à voir. Bref, il ne s’agit clairement pas d’une bonne comédie ni d’un bon film d’animation, bien au contraire. Reste qu’il divertira les plus petits.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.